Documentation > Spiritualité
Introduction générale à la documentation
Retrouvez cet article dans le livre
Pourquoi vivons-nous?
(voir page détaillée)

Le sens de notre vie

Alain Boudet

Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant

Résumé: Notre vie sur terre a pour objectif une évolution de notre conscience. Parce que nous sommes séparés de notre nature profonde, nous vivons des événements souvent pénibles qui nous empêchent de jouir de la vie. Ces tribulations nous ramènent peu à peu à nous reconnecter et à nous ouvrir à notre Moi profond ou Soi divin. Venus des mondes cosmiques, nous nous sommes portés volontaires avec enthousiasme pour participer au grand projet de vivre dans l'état de séparation de notre Soi dans un corps physique, afin de retrouver consciemment notre nature cosmique et d'apporter aux mondes cosmiques une nouvelle sagesse et une conscience élevée. Or cette mission collective est arrivée à terme. Nous assistons à la transformation de la Terre et de l'humanité qui vont revêtir à nouveau leurs attributs divins. Notre mission consistera dorénavant à devenir des ponts de lumière entre les mondes cosmiques et la Terre.

Contenu de l'article

Annexes


Pourquoi vivons-nous? A quoi ça sert?
La plupart d'entre nous ne prenons pas le temps de réfléchir à cette question. Emportés par nos tâches et nos activités, nous vivons comme des robots. Pourtant cette question nous affleure chaque fois que nous traversons des moments difficiles. Pourquoi ces difficultés, pourquoi ces souffrances? Pour certains parmi nous, elles sont permanentes. Sans argent, sans amour, et en mauvaise santé, leur vie est calamiteuse. A-t-elle un sens? Quelles que soient nos vies, recèlent-elles un sens que nous pouvons découvrir? Et si oui, est-il possible de le remplir de façon consciente et maitrisée?

Des questions essentielles

Pourquoi devons-nous vivre dans un monde où règnent en maitres le conflit et la violence à tous les niveaux? Un monde où la lutte de pouvoir est le mode relationnel et opérationnel le plus courant? Où les catastrophes naturelles se font de plus en plus fréquentes?

Sommes-nous des êtres apparus par hasard dans la nature, ainsi que les bactéries, les araignées et les oiseaux? Vivons-nous au hasard des rencontres biologiques et des accouplements, soumis à tous les aléas de la nature, pouvant à tout moment être amoindris ou anéantis par des forces aveugles, par nos confrères humains en compétition pour le territoire terrestre, économique, ou la célébrité? Ou bien la présence des êtres humains, celles des animaux, des plantes et des minéraux a-t-elle un sens que nous ne saisissons pas ou mal?

Pour la grande mécanique céleste, est-il important qu'il y ait une mouche ou une vache en plus ou en moins sur la terre, un être humain, moi, en plus ou en moins? Est-ce significatif si je vis ou si je suis mort?

Du point de vue de mon quotidien, quel est mon intérêt de vivre? Répondre à ce qu'on attend de moi, assurer les tâches qui m'ont été confiées? Celles qui me reviennent comme fils ou fille, frère ou sœur, père ou mère? Celles d'employé, de responsable, d'artiste, d'animateur? Et malgré tout cela, je continue de vivre. Quelles sont les impulsions qui me portent à poursuivre ma vie? Qu'est-ce que ça me procure de vivre?

De nouvelles réponses

Ces questions, bien d'autres se les sont posées au travers des siècles, penseurs, philosophes, religieux. Toutefois, bien que l'on y trouve des pistes intéressantes et quelques délectations intellectuelles, elles me laissent sur ma faim. Langage trop abstrait, notions compliquées et académiques, difficultés à imaginer des implications pratiques, ou vérités proclamées une fois pour toutes.

Mais plus encore, l'être humain a changé et a besoin d'un autre langage. Il a intégré des expériences telles que, par exemple, la mondialisation du commerce et des finances et les technologies de l'information, qui ont transformé sa vision des choses. Les réponses d'aujourd'hui ne peuvent pas être celles d'hier. Ainsi, lorsqu'il s'agit de donner des explications par des analogies, on peut facilement faire référence à des téléphones portables, à Internet et aux voyages dans l'espace. Imaginez la tête des humains d'il y a 200 ans si quelqu'un leur avait évoqué la possibilité d'avoir des télés qui montrent instantanément ce qui se passe dans le monde entier, par l'intermédiaire de satellites qui sont suspendus autour de la terre! Ils l'auraient pris pour le diable. C'est d'ailleurs effectivement ce qui est arrivé à certains visionnaires qui découvraient et annonçaient des connaissances trop en avance sur leur temps!

Les consciences se sont ouvertes à une autre vision de la terre et de l'humanité: l'idée qu'on peut se faire plaisir dans la vie, prendre soin de son corps, de son âme et de son esprit, et pas seulement tenter de survivre et de se protéger; l'idée maintenant presque évidente que la paix et la solidarité feront beaucoup plus pour le bonheur que toutes les guerres; la conscience que la terre a été meurtrie par l'humanité et que nous sommes tous solidaires pour rétablir son intégrité; la nécessité de la reconnaissance des valeurs féminines pour équilibrer les valeurs masculines et ouvrir la voie à un autre style de vie...

Voilà pourquoi les éducateurs, psychologues, écrivains, artistes, enseignants spirituels délivrent des messages et des connaissances nouvelles. La vérité profonde sur le sens de la vie n'a probablement pas beaucoup changé, mais la façon de la recevoir et de la ressentir a évolué. L'humanité est actuellement prête à l'entendre avec une autre oreille et a soif d'autres réponses.

La vérité du cœur

Les quelques réponses que je vais exposer ici de façon synthétique et imagée doivent être considérées comme des pistes de réflexion que j'espère fructueuses. N'attendez pas des faits scientifiques bien établis. Si, dans d'autres articles de ce site, j'ai rapporté des connaissances scientifiques, il n'en est pas de même ici. Ces réponses que j'ai sélectionnées sont celles qui me font du bien et résonnent à mon cœur. A leur évocation, je me sens grandir, je me sens m'ouvrir. C'est ce qui m'a donné envie de les faire connaitre.

Même si je ne sais pas de façon scientifique, si par raisonnement je suis dans l'impossibilité de démontrer et de prouver, mon cœur résonne parce qu'il reçoit la connaissance autrement. Il ressent la justesse des choses. Cela fonctionne comme si sont inscrits en nous des archétypes anciens, des mémoires de nos origines qui entrent en résonance avec ce que nous lisons, entendons, ressentons.

Ceux qui chercheraient ici ou ailleurs des vérités pures et dures sur nos origines ne les trouveront nulle part. Elles n'existent pas. Même les faits scientifiques soi-disant établis sont toujours sujet à révision. La science est toujours en évolution, sous l'effet de nouvelles observations qui ne cadrent pas avec les théories existantes. Les théories scientifiques ne sont qu'un consensus provisoire qui semble étayé par une série d'expériences réalisées dans le cadre limité de notre petit coin d'univers et observées à travers une fenêtre vibratoire restreinte.

Ce qui est important, c'est que vous élaboriez votre propre vérité. N'attendez-pas que quelqu'un vous la livre - qu'il soit scientifique, religieux, enseignant, ou moi-même. Pourquoi voudriez-vous éviter cet effort de réflexion? Vous n'en récolteriez pas les fruits. Vous progressez parce que vos expériences, vos sensations, vos communications, vos perceptions vous font réagir et suscitent peu à peu un élargissement de votre conscience. La vérité est évolutive.

Il est vrai que certaines personnes ont des perceptions plus fines, plus aiguisées que la plupart des autres et peuvent nous décrire certaines réalités au-delà de la matière physique (les corps énergétiques par exemple). Certes, leurs perceptions restent subjectives, exactement comme un voyageur décrit le pays qu'il a visité dans le plan physique ordinaire. Son récit n'en demeure pas moins basé sur des expériences vécues et passionnantes, et tellement enrichissantes.

J'ai consulté certains voyageurs du monde mystique, qui ont écrit le récit de leurs expériences. Parmi ces écrits, beaucoup sont fantaisistes, absurdes, délirants, produits par des êtres en mal de reconnaissance. Je n'ai pris en considération que ceux qui parlent vrais, issus de personnes qui m'ont semblé honnêtes, sincères, au service du rétablissement de l'intégrité de la terre et de l'humanité.

Mais après tout, comme on peut profiter d'une musique sans savoir quelle est son origine, peu importe qui a écrit les textes, par quels moyens et s'il a emprunté à d'autres sources. La seule chose qui importe est la suivante: est-ce que sa musique ravit votre cœur? Si oui, laissez-là couler en vous. Sinon, mettez-là de côté. Peut-être pourrez-vous l'apprécier plus tard.

Reconnaitre son Moi profond

Ce ne sont pas les enseignants qui vous donneront les réponses, elles se trouvent en vous. Prenez le temps de vous arrêter sur vos sentiments, ceux de frustration, de mécontentement, de satisfaction et de joie. Ils vous montreront ce qui vous motive, ce que vous recherchez réellement. Ils vous indiqueront quel sens vous donnez à votre vie.

Certaines personnes choisissent de dire NON à la vie. Ils n'y trouvent aucun intérêt, deviennent des automates du travail, ou le refusent et se réfugient dans la délinquance, la violence, ou dans l'évasion procurée par exemple par la consommation de drogues (voir Drogues et développement spirituel). Pourquoi? Parce que la vie ne leur donne pas ce qu'ils en attendent. Prennent-ils le temps de s'interroger vraiment sur ce qu'ils attendent? L'amour et la reconnaissance; le sentiment d'être utile à quelque chose, de participer à l'œuvre sociale; de l'argent en quantité suffisante pour subvenir à leurs besoins fondamentaux.

D'autres choisissent de dire OUI à la vie. Parce qu'ils y trouvent de l'intérêt et du bonheur. La vie les nourrit. Si on les interroge, ils diront, s'ils en sont conscients, qu'ils se sentent bien et comblés chaque fois qu'ils peuvent exprimer leur nature profonde et leurs qualités par leurs actes, leurs comportements, leurs paroles. Ils se sentent intérieurement libres. Telle une fleur qui grandit, fleurit, s'épanouit, déploie ses couleurs et ses formes et diffuse son parfum, sans souci de l'attente de l'entourage, selon son programme génétique, ces personnes s'épanouissent en déployant leurs richesses intérieures sans se sentir contraints par l'attente de la société ou de la famille. Ils se sentent en accord avec leur Moi profond.

Ce Moi profond, on l'appelle aussi le Soi. Notre Soi nous guide, nous porte et s'épanouit en nous - à condition de le lui permettre. Il nous apporte la joie parce qu'il est lui-même joie, lumière, sagesse, beauté, créativité, richesse. Il est la personne que nous sommes vraiment avant qu'elle ne soit étouffée, voire muselée, camouflée (voir L'enfant intérieur et le langage des émotions). Toutes celles et tous ceux qui ont fait le chemin vers leur Soi peuvent témoigner que malgré les apparences, nous sommes en réalité des êtres d'une grande beauté et d'un grand courage.

Alors quel est le sens de notre vie? La réponse est simple:

Tout ce que nous vivons sur cette terre concourt à nous pousser à reconnaitre l'existence de notre Soi, à l'accueillir comme notre guide de sagesse et à coopérer avec lui.

Enfin! Depuis le temps qu'il attend. Mais pour lui le temps n'existe pas. Il est patient et doux.

Notre vie est le reflet de ce que nous sommes

A cette vision de l'accueil de notre Soi et de ses élans, nous sommes tentés d'opposer une objection évidente. D'accord, quand je suis disponible, en forme, quand je me suis acquitté de mes tâches, je peux me tourner vers mon ressenti et entendre mon Soi. Mais habituellement, la vie ne m'en laisse pas le temps. Je dois assumer mon travail, mes responsabilités de famille. Beaucoup de gens ont du mal à gagner suffisamment d'argent pour leurs besoins fondamentaux, de sorte qu'ils ne se préoccupent pas d'autre chose que de la recherche d'un emploi.

Et que dire de ceux qui sont soumis à des autorités, par exemple militaires, à des patrons dictateurs, à ceux qui sont prisonniers d'institutions ou dans leur propre famille, à ceux qui sont soumis aux volontés dégradantes d'hommes de pouvoir? De ceux qui sont victimes de catastrophes naturelles? Leur vie semble ne leur laisser aucun espace de liberté, elle semble être complètement déterminée sans possibilité d'en sortir. Comment pourraient-ils faire de l'espace à leur Soi?

A cela, les enseignants répondent que l'être humain détient bien plus de puissance en lui qu'il ne croit. Il n'a pas encore CONSCIEMMENT exploré et compris l'importance de ses pensées et de ses émotions. Aussi lui est-il salutaire d'apprendre à faire le lien entre ses croyances, ses émotions, conscientes et inconscientes, et les événements de sa vie. Sans qu'il s'en rende compte, il attire les circonstances de sa vie par son orientation mentale et ses émotions.

Je donne un exemple. Une femme avait dans son enfance un père qui ne cherchait qu'à la rabaisser en la traitant de nulle. Elle a donc développé le sentiment qu'elle est nulle. Alors elle attire dans sa vie des hommes qui vont effectivement la considérer comme nulle et renforcer son sentiment. Sans s'en rendre compte, elle attire des circonstances où les faits eux-mêmes prouvent qu'elle n'a pas grande valeur. Jusqu'au jour où elle comprend que sa valeur ne dépend pas de l'opinion de quelques individus. Elle décide d'augmenter l'estime qu'elle a d'elle-même. Dès lors, de nouvelles opportunités favorables se manifestent dans sa vie. (voir Ma vie, reflet de mes pensées)

Lorsque nous comprenons que notre vie extérieure reflète ce que nous sommes, elle devient le chemin vers l'écoute du Soi. Elle nous révèle les schémas mentaux inconscients de souffrance et d'isolement qui sont en nous et qui nous coupent de notre Soi. Tant que nous pensons que nous ne pouvons pas recevoir le bien-être, nous recevrons des briques sur la tête. Notre vie est une invitation à retrouver le lien avec le Soi en nous libérant de ces schémas, c'est-à-dire en orientant nos pensées et nos émotions afin d'être les maitres et les créateurs de notre vie.

La vie sur terre a pour objectif essentiel une évolution de notre conscience. Ayant perdu le lien avec notre Soi, nous vivons des événements souvent difficiles qui nous empêchent de jouir de la vie. Si nous comprenons leurs message, ils nous ramènent peu à peu à nous reconnecter et à nous ouvrir à notre Soi.

Les réalités subtiles au-delà de la matière

Trouver la joie et l'épanouissement en nous reconnectant à notre Soi divin, voilà de quoi orienter ou réorienter profondément notre vie. Cela semble nous avancer d'un grand pas dans notre quête (La manière dont cela se traduit dans la pratique fait l'objet de l'article Spiritualité). Toutefois, cela ne répond que partiellement à notre questionnement. Car d'autres questions surgissent: Pourquoi en passer par cette coupure du lien et le reconnexion? Quel est ce Soi divin au fond de nous et pourquoi en sommes-nous séparés? A quoi riment toutes ces péripéties? Qui sommes-nous donc? 

Pour répondre à ces nouvelles questions, il faut admettre que nous sommes bien plus que de la matière, plus qu'un assemblage de molécules qui se sont organisées au hasard des mouvements chaotiques de l'univers, sur une terre qui s'est formée au hasard des explosions d'étoiles. Ceux qui ne veulent pas admettre d'autres réalités que celles que nous fixe la science officielle ne tireront pas profit de la suite, à moins qu'ils apprécient les belles histoires d'amour. Ceux qui sont fâchés avec la religion peuvent être rassurés: je ne suis pas concerné par les dogmes religieux, ce n'est pas du tout l'orientation des informations de ce site (voir par exemple Spiritualité).

Ce qui suit constitue une ébauche, un premier modèle issu d'une recherche en évolution. Ce sont des suggestions que vous ne devez pas prendre pour argent comptant. Transformez-les d'après vos propres expériences, votre vécu, votre sensibilité. Laissez de côté ce qui vous dérange. Cela ressemble à un conte, à une belle histoire d'amour, et vous pouvez en profiter comme telle.

Toutefois, bien des expériences, bien des observations, bien des vécus nous montrent que la science matérielle ne nous parle que d'un aspect limité du monde et de l'univers, et que d'autres réalités existent. Une certaine science qui sort des chemins battus en aborde quelques-unes. Certaines sont tout à fait perceptibles par nos sensations, d'autres ne nous sont accessibles qu'avec une préparation. Dans ce site, d'autres articles étudient quelques approches de ces réalités:

Opération TERRE: expérimenter les sensations terrestres

Voici donc l'histoire d'amour de l'humanité.

Imaginez que vous meniez une vie heureuse dans un lieu agréable, avec votre famille et vos amis. Votre profession vous comblait parce que vous y exerciez vos dons et votre créativité. Mais au bout de quelques années, cela vous a semblé un peu monotone. Vous vous sentiez un peu confiné. Vous aviez besoin de stimulations. Justement, quelqu'un vous a parlé d'un grand projet pour lequel on demandait des volontaires. Il s'agissait de participer à l'élaboration d'un institut dans un pays lointain, peut-être en Amérique, à moins que ce ne soit en Norvège, au Sénégal, en Chine ou dans une ile du pacifique, dans un lieu spécial, peut-être dans l'eau ou dans la terre, ou au sommet d'une montagne. Cela vous tentait, cela vous excitait même, et vous avez accepté le poste.

Votre acceptation n'était pas liée au salaire. Certes, le salaire était élevé, mais vous étiez déjà bien rémunéré. C'était l'aventure qui vous appelait, qui résonnait profondément en vous. C'était l'occasion pour vous de faire de nouvelles expériences, de développer votre créativité de façon nouvelle. Les architectes devaient inventer un bâtiment dans des conditions spéciales. Les animateurs allaient intervenir avec des populations qui avaient une culture et une mentalité différentes de ce qu'ils connaissaient. Les artistes allaient disposer de matériaux nouveaux. Les techniciens pourraient mettre en œuvre une technologie qui n'avait jamais pu être expérimentée et déployée à cette échelle. Les médecins pourraient observer les modalités d'adaptation du corps humain dans des conditions spéciales. L'expérimentation de tout cela apporterait de nouvelles connaissances dont toute l'humanité pourrait profiter. Mais ce qui vous intéressait surtout, c'est que vous alliez pouvoir vous dépasser, mettre en œuvre toutes vos richesses intérieures, vous découvrir dans des aspects insoupçonnés de vous. Vous étiez tombé amoureux du projet et du lieu.

Ce qui vient d'être décrit est l'histoire de tous les terriens. Nous nous sommes déclarés volontaires pour participer au grand projet de vivre sur Terre dans un corps terrestre. Appelons-le opération TERRE

À l'origine, nous étions des âmes qui vivaient heureuses dans les royaumes célestes (ces royaumes ne sont peut-être pas comme on les décrit dans l'imagerie religieuse). Afin de créer de nouvelles harmonies, de nouvelles musiques, couleurs ou formes, afin de faire de nouvelles expériences et d'apprendre, certaines de ces âmes ont choisi de se revêtir d'un corps de chair pour vivre sur la planète Terre. Tout comme des plongeurs revêtent leur combinaison ou scaphandre pour explorer les fonds marins ou les cosmonautes pour explorer l'espace, l'âme s'est glissée dans la combinaison dense et étroite d'un corps de chair.

De même qu'un scaphandre nous permet d'augmenter nos capacités pour vivre sous l'eau, de même le corps humain est doté de possibilités que l'âme n'avait jamais connues. En particulier, la faculté d'avoir des sensations, de ressentir. Le corps peut toucher la matière avec ses mains, la modeler, la transformer physiquement. Il peut enregistrer dans ses cellules les réactions émotionnelles (agréables ou désagréables) que lui procurent toutes ses expériences. 

Bien que l'âme était très heureuse dans sa vie céleste, elle avait envie d'explorer de nouveaux espaces et s'est sentie pleine de joie et honorée d'avoir l'opportunité de participer à ce projet. Dotée d'un corps, elle en jouit un peu comme un enfant qui revêt un nouveau costume, qui se régale de monter sur un manège ou sur une balançoire, comme une personne qui monte à cheval, qui escalade des parois. Elle jouit de sentir la vie de son corps.

Or nous, humains, à notre époque nous sommes coupés de nous-mêmes et de la nature, nous ne savons plus apprécier toutes les manifestations subtiles de la vie. Absorbés par nos soucis, occupés à défendre notre place, nous avons oublié la vie. Les sensations nous semblent secondaires, banales, quelque chose qu'il est normal de recevoir et qui nous est dû. Nous ne réalisons plus combien ce corps qui possède tellement de capacités est un privilège.

Grâce au corps, nous pouvons sentir, voir, toucher, entendre. Nous pouvons recevoir les bénéfices de la lumière et de l'air. Nous pouvons dialoguer avec la terre et l'eau. Nous pouvons caresser et faire l'amour. Le plaisir sain est celui où nous sentons couler les mouvements de vie à l'intérieur de nous. Cette énergie nous relie à la vie de l'univers. La sexualité en fait partie. A l'origine, la fonction de la sexualité était de nous connecter avec l'univers et de nous imprégner de ses énergies supérieures pour les amener dans notre corps et sur la terre (voir Sexualité essentielle).

L'être humain a oublié son but

Il est arrivé que l'état de jouissance a endormi les êtres et ils ont oublié le but originel du voyage. Ils se sont détournés vers des objectifs secondaires, suggérés par certains êtres qui voulaient détenir le pouvoir sur les autres. Ils se sont complus dans la matière pour en profiter plus longtemps, oubliant d'où ils venaient, pourquoi ils étaient là, inconscients de leurs qualités divines. Au lieu d'écouter leur cœur, ils se sont laissés persuader qu'ils étaient des êtres faibles qui avaient besoin de chefs. Ils se sont forgé des croyances de devoir et de souffrance. Ils ont crû qu'il fallait lutter pour obtenir quelques satisfactions et quelques jouissances. Ils ont oublié que des jouissances bien plus fortes, bien plus durables étaient à leur disposition par l'intermédiaire de leur Soi.

Cette histoire est souvent racontée, transposée en allégorie, dans les mythologies et les contes. Par exemple, un héros part à la conquête d'un trésor. Pour l'atteindre, il doit affronter un monstre. Mais il est distrait et oublie le sens de sa quête (voir Le prince Dhat). Or le conte enseigne un chemin pour retrouver le trésor. C'est aussi le cas en ce qui concerne l'humanité, comme le montre la suite de l'histoire.

C'est au moment de la naissance que l'âme oublie ses origines. C'est au prix de la séparation et de l'oubli que l'âme vient courageusement et joyeusement remplir sa mission sur Terre. Cet oubli est évoqué dans certains mythes tels que la légende grecque du fleuve de l'oubli Léthé.

Toutefois, la perte de la mémoire de notre origine n'est pas totale et brutale. Elle s'effectue progressivement au fur et à mesure que l'être s'intègre dans le monde des affaires terrestres et du règne du mental. Les tout jeunes enfants sont encore en contact avec leur monde d'origine et racontent des perceptions reliées à ce monde. Mais ils ne sont pas compris comme tels. On les félicite pour leur imagination, et on ne prête aucune attention à ce que cela révèle de l'autre monde et de vérités plus vastes. Dommage.

L'histoire de l'Opération LAC

Une autre allégorie va nous permettre d'éclairer ces circonstances. 

Sur cette terre, une équipe de naturalistes, de sociologues, de philosophes, de sages, élabore un projet pour étudier la vie au fond d'un lac inexploré très profond et immense. C'est l'opération LAC. Ils ne connaissent pas vraiment les formes de vie dans les profondeurs, ni le fonctionnement de ses équilibres biologiques. Ils voudraient aussi tester comment leurs systèmes d'éclairage peut transformer l'obscurité des profondeurs. Ils envoient donc un groupe important de plongeurs en mission pour de nombreux mois. Des équipements sont descendus pour qu'ils puissent y rester en permanence, au moyen d'une technologie d'avant-garde. Des habitations révolutionnaires sous forme de dôme sont installées, comportant des unités d'alimentation et des adaptations respiratoires. Les plongeurs deviennent des habitants sous-marins chargés d'effectuer de nombreuses observations.

Les plongeurs restent en contact avec l'équipe de surface dirigée par les concepteurs du projet. Ceux-ci stationnent en permanence au bord du lac pour suivre l'évolution de chacun des plongeurs. L'équipe de surface est très dévouée. Elle est disponible pour écouter les plongeurs chaque fois que ceux-ci veulent communiquer, obtenir des renseignements, recevoir des conseils ou une aide. Même si l'attention des plongeurs est dirigée ailleurs, l'équipe peut les observer et les écouter. Les plongeurs sont très aimés de l'équipe de surface et honorés pour avoir eu le courage d'accepter cette mission.

L'équipe de surface est composée de sages, dont le but est de prendre soin des plongeurs et de leur assurer les meilleurs conditions de travail. Le chef de projet est le plus sage des sages, un être aimant et généreux qui suit chacun des plongeurs avec une grande attention et une grande bienveillance. Peut-être existe-t-il d'autres chefs plus haut placés encore sur cette terre du lac, mais ils n'interviennent pas, car le chef de projet a reçu carte blanche pour développer son projet LAC selon une éthique qui respecte l'harmonie du pays.

En arrivant dans les profondeurs, les plongeurs découvrent un monde fantastique. Ils sont fascinés. Ils se laissent capter par tout ce qu'il est possible de faire dans un scaphandre, par toutes les interactions possibles avec les poissons, les rochers, les coquillages, les grottes, des êtres extraordinaires qu'ils découvrent pour la première fois. On leur a demandé d'explorer une certaine partie des fonds, qui donne sur une vallée, mais c'est tellement merveilleux qu'ils ont envie d'aller plus loin, de voir où mène la vallée, et ce qu'il y a au-delà. Et de même que certains d'entre nous oublient leur rendez-vous lorsqu'ils se laissent capter par le monde d'internet, de même les plongeurs ont oublié qu'ils venaient de la surface et qu'ils étaient investis d'une mission.

Alors, ils se sont mis à profiter des profondeurs du lac et à les modifier à leur manière. Mais ils ont eu des envies divergentes. Certains ont commencé à convoiter ce qu'avait découvert et acquis leurs coéquipiers. Ils se sont disputés. Ils ont lutté les uns contre les autres. L'équipe de surface envoyait des signaux de rappels qui passaient inaperçus. A plusieurs reprises, elle a envoyé des experts qui ont fait la descente pour les réveiller. Mais les plongeurs ne les ont pas reconnus et les ont considérés comme des intrus qui venaient contrecarrer leurs ambitions.

Plongés dans l'existence terrestre, nous avons oublié les mondes cosmiques (qu'on appelle également mondes divins) et l'existence des êtres célestes (peu importe qui ils/elles sont, divinités, Dieu, consciences éclairées, énergie de lumière, etc., ils sont différents de ce qu'enseignent les religions). Nous avons cherché à tirer parti de la vie terrestre dans des buts égoïstes, nous avons perdu l'esprit de coopération initial. Nous nous sommes opposés les uns aux autres. Certains se sont emparés du pouvoir. D'autres, ayant oublié la réalité cosmique, ont inventé des dieux qui réclament, exigent, jugent et punissent. Les autres se sont soumis par crainte. Nous sommes tombés dans l'état de séparation, séparés entre nous, séparés de notre nature profonde, et séparés de notre monde d'origine.

Pourtant la communication avec le monde cosmique est encore vivante dans notre cœur, quoique étouffée. Ce monde envoie ses signaux sous forme d'émotions, de pensées, et d'événements destinés à nous réveiller (voir L'enfant intérieur et le langage des émotions).

Retrouver la conscience du divin

Voyant la confusion qui régnait chez les plongeurs, les concepteurs de l'opération LAC se sont demandés s'ils allaient poursuivre l'expérience. Après réflexion, ils ont décidé de poursuivre, car par leur comportement, les plongeurs allaient encore plus loin dans leur exploration. Le défi devenait plus grandiose, plus ambitieux. Il apporterait des enseignements dans des domaines complètement nouveaux, dont le monde de surface en entier allait profiter pour inventer de nouveaux modes de vie.

L'opération TERRE comporte un second but encore plus ambitieux. La mission des êtres humains est d'oublier leur nature et leur "résidence" d'origine, de retrouver la pleine conscience de leur nature divine par leur propre désir, et d'éprouver les transformations de conscience qu'ils acquièrent sur le chemin du retour.

Dans leur résidence céleste, un groupe d'âmes s'est montré très intéressé par ce nouvel enjeu. Elles ont trouvé là l'occasion de découvrir un nouveau coin de l'univers très prometteur (la Terre) et d'y faire des expériences inédites. Elles pourraient entrer en relation avec d'autres personnes dont les façons de penser sont différentes des leurs. Elles sont tombées amoureuses de la terre et de la vie terrestre et se sont portées volontaires pour s'y rendre.

D'un point de vue limité, cela peut paraitre bizarre d'accepter avec enthousiasme des conditions qui semblent bien pénibles. Mais on peut comparer cette attitude à celle de certains aventuriers sur terre, curieux et intrépides. Ainsi, en 1962, un homme, Michel Siffre, a pris l'initiative de vivre pendant presque 2 mois au fond d'une grotte sans recevoir de références sur le temps. Il ne pouvait connaitre ni la durée réelle de son séjour, ni la date ni l'heure. Il voulait découvrir quels étaient les rythmes originels du corps, sans l'influence de la vie en société ni de la lumière du soleil. Il a vécu là à son propre rythme interne. Son expérience a été tellement instructive et novatrice que d'autres scientifiques l'ont reprise dans des conditions plus confortables et mieux sécurisées.

Dans les corps, les âmes ne sont pas complètement séparées de leur monde d'origine. Elles conservent un lien actif. En nous existe une partie qui est un fragment de notre nature première. C'est notre Soi divin, appelé parfois Moi supérieur ou JE SUIS, une étincelle de l'esprit divin, porteuse de sagesse, de lumière et d'amour. Nous en recevons les impulsions de façon inconsciente, sous forme d'idées, d'aspirations, de signaux corporels.

Retrouver notre nature divine revient à reconnaitre cette étincelle en nous. Nous reconnecter à notre étincelle divine, c'est nous abandonner à l'appel de notre voix intérieure en apprenant à l'écouter et à dialoguer avec elle. C'est elle qui peut nous guider pour nous ramener à la maison, une maison de perfection, de joie et de félicité. C'est la recherche spirituelle (voir Spiritualité).

L'âme est venue sur Terre avec l'intention de se perfectionner, d'acquérir une plus grande maitrise et une plus grande sagesse, de repousser ses limites dans tous les plans de l'existence, de trouver la liberté intérieure. De ce point de vue, l’état de séparation est un outil fantastique qui est fourni à l'âme, qui lui permet d'accélérer son évolution de façon gigantesque.

Retrouver l'état d'unité est ce qu'on a nommé l'ascension dans certaines traditions. L'ascension signifie élévation vibratoire. C'est la retrouvaille avec son Soi divin dans l'état incarné. Cela ne se produit pas d'un seul coup, par un éclair fulgurant et une subite transformation miraculeuse. C'est une transformation continue obtenue par une décision déterminée basée sur un désir, un lent effort de conscience et un remodelage de soi, qui va de la reconnaissance du Soi et d'un dialogue avec lui à un mariage fusionnel avec lui. L'ascension n'est pas un fin, mais une étape, le commencement d'une autre vie.

Nous sommes les créateurs de notre vie

Fournir un effort pour devenir son Soi ne signifie pas que c'est rébarbatif et pénible. Au contraire. Le côté pénible et ennuyeux du travail humain provient du fait que nous ne sommes pas en accord avec notre Soi. Au fur et à mesure que cet alignement s'effectue, nous ressentons de plus en plus de joie et de légèreté. Le chemin de l'ascension est celui du plaisir de goûter pleinement la vie.

Mais il doit pour cela passer par diverses expériences qui lui procurent une grande palette d'émotions, des plus agréables aux plus difficiles. C'est à la lueur de ces expériences qu'il peut ensuite se positionner, choisir ce qui lui convient, ce qu'il désire. C'est en les traversant qu'il acquiert peu à peu la maitrise de sa vie. Comme le dit Abraham (Le pouvoir de créer), c'est comme si vous étiez un chef dans une cuisine bien garnie où tous les ingrédients imaginables sont disponibles à volonté. Cette cuisine remplie d'aliments et de condiments représente la Terre, et vous choisissez sur les étagères les ingrédients qui, une fois mélangés les uns avec les autres, vous assureront une qualité de vie parfaite.

Et Geoffrey Hoppe précise: Vous expérimentez à quoi cela ressemble d'être dans la douleur, à quoi cela ressemble de vous cramponner à ces noirceurs en vous. Vous expérimentez la joie de chaque jour, la joie d'observer les autres dans leurs créations personnelles. Vous expérimentez à qui cela ressemble d'avoir un grand amour et une grande compassion envers les autres. Vous pouvez expérimenter à quoi cela ressemble de recevoir l'amour et la compassion des autres. Vous êtes ici sur Terre pour expérimenter, pour ressentir, pour apprendre pour savoir à quoi cela ressemble de vivre de vivre. C'est aussi simple que cela. Pourquoi allez-vous faire un tour de montagnes russes? Pourquoi payez-vous cher pour vous faire peur? Pour dire "je l'ai fait", pour ressentir à quoi ressemble l'anxiété de monter toujours plus haut, en sachant qu'il va y avoir ensuite une descente vertigineuse et spectaculaire, uniquement pour remonter aussitôt.

Le sacré et le profane

Dans notre société moderne, on oppose souvent le domaine sacré, qui concernerait uniquement notre vie spirituelle, et le domaine profane qui concernerait notre vie matérielle et émotionnelle. C'est une distinction tout à fait récente de la culture occidentale. En réalité, tout appartient au domaine sacré dès lors qu'on est relié avec le Soi. Le profane est le regard porté par les êtres en état de séparation.

Le sacré n'implique pas la religiosité... Il fait partie intégrante de ce que la Vie a de fondamentalement noble, de mystérieux et de beau. Il traduit le miracle permanent de la Création... Sacré signifie pour nous: "qui ennoblit l'être et le propulse vers ses dimensions supérieures, loin des conventions sociales et temporelles". Sacré signifie aussi: "Qui englobe tous les niveaux de manifestation de la Vie comme autant d'expressions du Divin menant au Divin". En résumé, le Sacré est l'instrument par lequel nous créons Dieu en nous et par lequel, simultanément, Il croit en nous...  (D. Meurois, Comment dieu devint Dieu)
 
Il n'y a pas proprement un domaine
profane auquel un certain ordre des choses appartiendrait par sa nature même, il y a seulement en réalité un point de vue profane, qui n'est que la conséquence et le produit d'une certaine dégénérescence, résultant elle-même de la marche descendante du cycle humain et de son éloignement graduel de l'état principiel...

Donc antérieurement à cette dégénérescence [c'était la façon de voir de R. Guénon dans les années 40], c'est-à-dire en somme dans l'état normal de l'humanité non encore déchue, on peut dire que tout avait véritablement un caractère traditionnel parce que tout était envisagé dans sa dépendance essentielle à l'égard des principes et en conformité avec ceux-ci. De telle sorte qu'une activité profane, c'est-à-dire séparée de ces mêmes principes et les ignorant, eut été quelque chose de tout à fait inconcevable, même pour ce qui relève de ce qu'on est convenu d'appeler aujourd'hui la "vie ordinaire" ou plutôt pour ce qui pouvait y correspondre alors, mais qui apparaissait sous un aspect bien différent de ce que nos contemporains entendent par là. Et à plus forte raison pour ce qui est des sciences, des arts et des métiers, pour lesquels ce caractère traditionnel s'est maintenu intégralement beaucoup plus tard et se retrouve dans toute civilisation du type normal.
Si bien qu'on pourrait dire que leur conception profane est, à part l'exception qu'il y a peut-être lieu de faire jusqu'à un certain point pour l'antiquité dite "classique", exclusivement propre à la seule civilisation moderne, qui ne représente elle-même au fond que l'ultime degré de dégénérescence dont nous venons de parler. (René Guénon, Aperçus sur l'initiation)

Témoins de la violence et de la souffrance de l'humanité, nous avons souvent du mal à ne pas nous sentir seuls et impuissants, et nous avons l'impression que nous sommes des victimes de faits indépendants de notre volonté. Pourtant, c'est nous qui sommes les créateurs de notre vie. C'est parce que nos créations sont dirigées par nos angoisses qu'elles se manifestent sous forme d'épreuves douloureuses. Afin qu'elles reflètent le bien-être, nous devons évacuer de notre inconscient le sentiment sous-jacent que nous avons été arrachés à notre famille, que nous avons été précipités sur terre pour y être punis, éprouvés ou mis en quarantaine.

Nous ne sommes pas venus sur Terre pour passer un examen, prouver que nous sommes méritants en bravant des conditions violentes et cruelles, et pour recevoir des récompenses. Nous ne sommes pas venus sur Terre pour apprendre la bonne manière de faire auprès de professeurs qui ont déjà les solutions. Nous ne sommes pas venus sur Terre parce qu'on nous a chassés du ciel et que nous avons été punis.

Quelque part profondément à l'intérieur de vous, le cri primal d'angoisse et de trahison résonne encore: c'est le souvenir d'être arraché à votre Mère/Père, à l’omniprésente couverture d'amour et de sécurité. Tout au long de cette très longue histoire, vous avez été guidés par deux motivations différentes. D'une part il y avait l’enthousiasme pour l'exploration, la création et le renouvellement et d'autre part il y avait la nostalgie, la sensation d’être exclus du paradis, et une solitude intense. (Pamela Kribbe)

L'abondance ou la pauvreté, la santé ou la maladie ne sont pas dispensées par un être chargé de vous récompenser ou de vous punir pour la vie que vous menez. Vos expériences ne vous sont pas assignées dans le but de mettre à l'épreuve vos talents, votre souplesse ou votre valeur. Il n'y a pas d'intelligence non physique offrant ou retenant ses faveurs en raison de vos faits et gestes. A n'en pas douter, vous attirez à vous chaque aspect particulier de votre existence. En d'autres termes, c'est vous qui êtes vraiment le créateur de tout ce qui se présente à vous... Vous êtes un créateur éternellement vivant enivré par la phénoménale aventure de la vie. En somme, vous vous êtes incarné pour connaitre l'expérience grisante de cette vie physique et parce que vous saviez qu'en assimilant tout ce qu'elle allait vous apporter, la compréhension et le plaisir ainsi acquis s'ajouteraient à la quintessence de votre être. (Abraham)

La Terre présente des particularités uniques dans l'univers. C'est l'endroit idéal pour exprimer notre créativité. Nous sommes venus pour apporter plus de clarté à l'univers et participer à la création de mondes nouveaux.

La liberté, condition de l'évolution

Aux plongeurs, le chef de l'opération LAC donna l'instruction suivante: nous vous donnons la liberté de créer ce que vous voulez selon ce qui vous semble le plus approprié. Vous pourrez inventer votre monde en fonction des circonstances que vous trouverez dans les profondeurs et que nous ne connaissons pas.

En même temps que nous décidions de revêtir un corps physique, doté d'aptitudes sensorielles, émotives et mentales, on nous a accordé la liberté individuelle en tant que pionniers. Afin d'explorer tous les aspects de l'état de séparation, il était nécessaire que chacun ait la possibilité de mettre en œuvre ses idées et ses aspirations. Nous avons reçu le libre arbitre pour pouvoir faire des choix conscients et de comprendre l'impact de nos choix, et finalement inventer un monde matériel splendide dont tout l'univers puisse récolter les fruits.

C'est ce qui explique que chaque âme évolue à son propre rythme. Certaines sont mues par des désirs intenses de progresser et de trouver l'épanouissement spirituel, d'autres passent par des chemins plus tortueux, mais également riches d'enseignements.

L'ombre fait partie de l'aventure

A cause de cette liberté, et grâce à elle, les humains se sont fourvoyés dans des actes qui exprimaient leurs tendances égoïstes et leurs peurs, non la sagesse. Ayant perdu de vue qu'ils pouvaient être guidés et que leurs besoins d'attention et d'amour pouvaient être comblés en se connectant à leur Essence divine, ils ont eu peur d'en manquer et d'être détruits. Ils se sont disputés pour obtenir la reconnaissance et le pouvoir vis-à-vis des autres humains. Ils ont développé la méfiance réciproque, les conflits, la distribution inégale des ressources, l'esclavage, les conquêtes et les guerres. Au lieu de construire le paradis, ils ont construit un enfer.

C'était le risque mais aussi l'intérêt de la mission. Beaucoup de ces âmes ont par la suite regretté d'avoir commis certains actes, utilisé la violence, été indifférentes à la souffrance et à la vie des autres, et elles en ont tiré des leçons. Mais le point de vue des esprits cosmiques se place à un autre niveau. Ils/elles n'émettent pas de jugement moral. Pour eux/elles, il n'y a pas de faute de l'âme, mais sa détermination à pousser l'expérience dans tous ses aspects inconnus, y compris celui de l'ombre. Il est donc important d'évacuer les sentiments de culpabilité pour retrouver la lumière.

Voyez-vous, à partir du moment où vous décidez de devenir un individu, d’abandonner l'unité qui va de soi, vous ne pouvez pas faire uniquement l’expérience de la lumière. Vous devez tout découvrir à nouveau. Vous allez donc faire aussi l’expérience de l'obscurité. Vous allez faire l’expérience de tout ce qui existe, jusqu'à tous les extrêmes. (Pamela Kribbe)

Mort et réincarnation

Connaissant les difficultés que les êtres doivent affronter sur terre, les maitres cosmiques sont très présents pour les accompagner. Les humains sont soutenus et encouragés dans leurs errances, même s'ils ne s'en rendent pas compte. L'équipe cosmique veille attentivement et tendrement sur eux, qu'ils considèrent comme des pionniers courageux et merveilleux.

Pour leur permettre d'exercer leur créativité dans l'état de séparation du monde terrestre, les maitres cosmiques ont doté le corps physique d'un outil précieux, un mental puissant. Il leur permet de réfléchir, de trouver des solutions à leurs problèmes et de tirer des conclusions.

Toutefois, les humains se sont empêtrés dans leur usage de ce mental. En oubliant leur Soi divin, ils ont lui ont donné la place de directeur. Il a imposé sa vision, son manque d'estime de soi, son insécurité, sa soif de pouvoir, son gout pour le contrôle. Il s'est chargé de peurs infondées et de croyances erronées. Il est temps de lui redonner sa vraie place, au service de la reconnaissance du Soi divin.

Certains d'entre nous pourraient penser que les maitres cosmiques devraient nous soulager de nos souffrances, ne pas permettre les guerres, les tremblements de terre, etc. Or les souffrances sur terre ne sont pas des épreuves infligées par Dieu, mais les conditions créées par les humains qui font usage de leur libre arbitre. Les maitres cosmiques respectent cette loi de libre arbitre qui est le fondement de l'opération Terre. Ils ne peuvent intervenir que si nous les appelons. Et quelle joie pour eux quand nous le faisons! Car ils désirent tellement que les souffrances cessent, que les humains retrouvent leur mission initiale, et jouissent de la joie et de l'amour.

Vous avez choisi de revenir encore et encore pour revivre des existences de plus en plus pénibles jusqu'à ce que vous vous abandonniez enfin aux aspirations de votre âme. Votre propre Soi divin vous a vus souffrir, chercher et peiner pendant tant de vies! Il a été témoin de vos souffrances, de votre désespoir, de votre impuissance, de vos peurs, de vos doutes, de vos hontes et de vos terreurs, et il désire vous ramener à la maison, vers la liberté, l'amour, l'état de maitre, l'unicité, vers tout ce que vous êtes en tant qu'êtres divins. Il aspire à tout cela mais ne peut rien vous imposer, car il doit obtenir votre assentiment et votre collaboration. (Aurelia Jones)

Les âmes incarnées sont autorisées à faire des pauses lorsqu'elles en ressentent le besoin. Elles reviennent faire un séjour dans les mondes divins, chez elles, ou du moins dans un monde intermédiaire de décompensation et d'auto-observation. Autrement dit, elles quittent leur corps physique qui leur sert de combinaison de plongée. C'est ce que nous appelons la mort, qui est le processus par lequel notre âme va se reposer et se ressourcer. Elle fait un bilan de son action, de la progression de sa conscience, des erreurs commises, afin qu'elle puisse rectifier son programme. Elle élabore ce qu'elle doit accomplir sur terre par la suite pour acquérir de nouvelles connaissances nécessaires à sa progression. 

Lorsque l'âme est prête, elle effectue une nouvelle descente sur terre, une nouvelle naissance, afin de poursuivre le travail entrepris et l'amener plus près du but final: retrouver la mémoire de ses origines et la connexion avec son Soi divin dans la matière. C'est pourquoi les âmes passent par un grand nombre d'incarnations pendant lesquelles elles récoltent des enseignements précieux qu'elles délivrent aux mondes célestes.

Les aides divines

Pour nous guider dans cette expérience d'incarnation et de séparation, en plus du mental et des périodes de vacances entre incarnations, nous disposons d'autres outils puissants. L'émotion, selon sa nature, nous indique si nous sommes en accord avec notre Soi ou non. L'accord se manifeste par une sensation de joie, de légèreté et de bonheur (voir L'enfant intérieur). Il y a également le désir. Nos envies, nos aspirations expriment souvent des signaux envoyés par nos guides cosmiques.

Toutefois, la plupart d'entre nous ne prêtent pas attention à leurs émotions, à leurs aspirations les plus profondes, à leurs intuitions. Aussi, les humains sont-ils régulièrement interpelés par des êtres exceptionnels, de grands sages, enseignants, philosophes, savants, gouvernants, artistes, écrivains, cinéastes, humoristes, qui font leur apparition dans toutes les populations, à certaines époques troublées. Ils sont envoyés par les maitres cosmiques, mais eux-mêmes doivent se soumettre à la loi de l'oubli de leur origine. Ils délivrent leurs messages poussés par une grande envie de partager, transmettre, enseigner, s'exprimer. Ils peuvent être célèbres ou très discrets.

Or beaucoup de ces enseignants cosmiques n'ont pas reçu l'accueil qu'ils méritaient. Incompris, ridiculisés, persécutés, martyrisés, bannis, parfois assassinés, ils sont mis à l'écart car leurs messages de liberté et de solidarité dérangent ceux qui détiennent le pouvoir. Ils contrecarrent leurs projets. Ces êtres de pouvoir ignorent qu'ils pourraient disposer d'un pouvoir encore plus grand mais d'un autre ordre, celui du cœur. Ils sont tellement habitués et attachés à l'idée et à la jouissance du pouvoir qu'ils ne peuvent pas croire qu'il existe autre chose. Bien entendu, ni les plus grands pouvoirs ni les plus grandes possessions ne leur apportent la délivrance de leurs angoisses et la paix intérieure.

Malgré ces persécutions, certains humains ont perçus les messages des enseignants. Leur âme était prête pour cesser l'état de séparation et retrouver sa grandeur. Ceux-là ont reçu des enseignements plus poussés, des connaissances sur le cosmos mystique, des savoir-faire pour entrer en communication avec son Soi. C'est ce qu'on a nommé des initiations. Ces enseignements devaient souvent être dispensés de façon secrète, occulte, pour ne pas être éliminés par l'inquisition. Ils ont également été répandus dans les populations sous une forme moins directe, moins exposée, plus anodine: les contes et les légendes (voir La légende du Prince Dhat).

Par un travail personnel, les apprentis à l'initiation ont développé la perception de l'unité des choses et des êtres, et un petit nombre a atteint l'ascension. Se retrouvant dans les mondes cosmiques, une partie d'entre eux a choisi d'y voyager pour continuer leur progression au service d'autres créations. D'autres, sensibilisés par l'ignorance et la souffrance de leurs compagnons terrestres, ont choisi de rester au contact de la terre, et même de revenir sur terre, en tant qu'enseignants (ou maitres) pour les aider à évoluer.

Bonne nouvelle: l'expérience de séparation prend fin !

Les chefs ont décidé de mettre fin à la deuxième phase de l'opération LAC, la phase de l'état de séparation. Pour deux raisons: 1) Parce que les plongeurs ont inventé des modes de vie sous-marins insensés qui leur portent préjudice. Ils ont pollué le lac au point qu'ils n'ont pratiquement plus la possibilité de voir la lumière en levant les yeux. La pollution menace la structure du lac lui-même. Il y a nécessité de pomper les eaux et de les remplacer par de l'eau pure. 2) Parce que l'expérience a apporté de nombreux fruits, bien au-delà de ce qui était espéré et il est inutile de poursuivre.

Dieu est une conscience en évolution

Dieu est le terme qui a été appliqué de façon confuse à divers niveaux de conscience de l'univers, puisqu'ils ne pouvaient être perçus que de façon très limitée par l'humanité.

Dieu est le concept élevé d'une fonction tenue par un groupe d'Êtres créateurs de Vie. Ce n'est pas "un" être. Satan est une émanation de votre mental dans l'astral de votre planète, et tant que vous le nourrirez, il vivra. C'est une forme-pensée. (Soria, Les grandes voies du Soleil)

L'entité représentée par le terme Dieu n'est pas fixe. Elle est une conscience en perpétuelle évolution. Tout dans l'univers est en évolution perpétuelle pour créer de nouveaux aspects du divin.

Croyez-vous que le soleil se soit arrêté dans sa course? Croyez-vous qu'il se repose en sa perfection?  Non, il œuvre plus que jamais. Il avance vers un Infini dont même les plus grands Maitres ascensionnés ne peuvent pas rêver. Il y a sans cesse un autre horizon derrière celui entrevu. (D. Meurois, Comment dieu devint Dieu)

Les humains ont vécu l'expérience de la séparation depuis des milliers d'années. Certains disent des centaines de milliers, voire peut-être des millions d'années, selon la façon dont on considère le début (voir Une autre histoire de la Terre). Cela suffit, c'est terminé. La transformation de l'humanité vers un état de non-séparation (étiqueté état de 4e dimension - voir Chakras et corps subtils) est en cours depuis quelques dizaines d'années. C'est une ascension collective, qui se répercute dans tous les organismes humains, animaux, végétaux. 

Depuis fort longtemps, vous vivez dans une léthargie spirituelle, et cette léthargie a entrainé des insatisfactions, des souffrances et des contraintes. Nombreux sont ceux qui en ont assez de cette manière d'être artificielle; ils ont invoqué l'intervention de votre Créateur. Incarnation après incarnation, des systèmes de valeurs erronés au sujet de Dieu et de vous-même se sont inscrits dans votre âme. Vous avez adopté les enseignements de religions dont les dirigeants agissaient par intérêt personnel pour vous garder dans l'ignorance spirituelle, sous leur contrôle et assujettis. Pour la plupart, ces religions et dogmes auxquels vous vous êtes attachés et que vous avez adoptés vous ont maintenus captifs d'un flux continu de faux concepts, ce qui vous a empêché de vous percevoir comme les êtres divins que vous êtes véritablement. (Aurelia Jones)

Les voiles qui séparent les humains des mondes cosmiques deviennent de plus en plus fins. Ils se dissolvent à certains moments, et certaines personnes peuvent communiquer directement. De plus en plus de gens entendent l'appel de leur Soi et sont las du mode de vie actuel. Par leur exemple, ils amènent aussi leur entourage à se questionner.

Le grand nettoyage et l'apocalypse

L'élévation vibratoire de la Terre entraine des bouleversements des structures écologiques et économiques. Certains systèmes, certaines énergies, établis sur la base de la pensée de séparation et de lutte, sont incompatibles avec le nouvel état et doivent disparaitre. De même qu'un corps malade se débarrasse de ses toxines grâce à la fièvre, de même la Terre est secouée de soubresauts et de frissons. Les dérèglements climatiques ne sont que les évacuations de toutes les pollutions, et surtout de la pollution mentale et émotionnelle. Les tensions et conflits humains ont leur contre-partie dans les tensions de la croute terrestre et les déséquilibres des systèmes vitaux électriques et électromagnétiques de la terre. L'augmentation de la fréquence des catastrophes naturelles est l'expression d'un grand nettoyage de la terre et de l'humanité (voir Catastrophes naturelles)

Les systèmes artificiels de la société basés sur les vieux schémas mentaux de séparation, de conquête et de concurrence s'écroulent. Nous assistons à la chute des empires (économiques, financiers, politiques) fondés sur le pouvoir et la manipulation des esprits.

La fin de l'ignorance et de la séparation est annoncée depuis longtemps dans de nombreuses traditions. Les chrétiens la connaissent sous le nom d'apocalypse. Le sens de ce mot a été détourné afin que les masses soient saisies de peur, au lieu de comprendre qu'il s'agit d'une délivrance, d'un retour aux conditions initiales. Apocalypse signifie révélation. Il ne s'agit pas de la fin du monde, mais de la fin d'un long cycle, celui de l'ignorance et de la séparation. C'est le commencement d'une nouvelle vie fondée sur les valeurs de partage et d'unité... qui reste à construire.

Les traditions mayas comportent un calendrier qui s'étend sur des millénaires, et s'arrêtent en 2012. Contrairement aux images d'anéantissement complet que nous insufflent certaines productions littéraires et le film 2012, les Mayas insistent pour dire que cette interprétation est erronée et qu'ils conçoivent cette fin de cycle comme le début d'une période différente, où l'humain, en lien avec son Soi, pourra construire en toute liberté un nouveau monde (voir aussi Transition 2008 - 2012).

Une transition par paliers

L'écroulement des systèmes économiques, les catastrophes naturelles montées en épingle par les médias et le cinéma, contribuent à créer une panique et une angoisse qui n'ont pas lieu d'être dès lors que l'on comprend et accepte le processus. Certes la souffrance des êtres pris dans cette tourmente est difficile à supporter. Mais notre conscience humaine limitée ne perçoit pas les lois cosmiques bien plus vastes, pour lesquelles la mort n'est pas la mort et procède d'une décision de l'âme de revenir dans le plan cosmique. Il se peut que certaines âmes estiment que leur travail a été accompli. Pour d'autres, leur situation est bloquée et il est préférable de revenir dans un autre corps à un autre endroit. Enfin, certaines effectuent un gros travail énergétique, pour elles-mêmes, pour la terre et pour l'humanité, au moment de leur départ. Et il est probable que beaucoup de phénomènes sont en œuvre encore, que notre imagination ne peut concevoir.

Ceux qui sur Terre ont de la difficulté à faire confiance bénéficient d'une transition par paliers, afin qu'ils puissent s'adapter progressivement. Cela leur laisse le temps (à condition de ne pas rester dans l'indécision) de s'orienter délibérément vers un travail spirituel de reconnexion avec le Soi, autrement dit de développer la confiance et le lâcher-prise (voir plus bas les suggestions pratiques).

Enfin, il y a ceux qui sont tellement accrochés à leur pouvoir qu'ils refusent obstinément de changer leur regard sur le monde, comme des enfants entêtés. Ils ne seront pas admonestés pour cela et recevront la même compréhension et la même bienveillance que les autres. La loi cosmique est l'amour, non le jugement. Tous les chemins de retour vers la supraconscience sont tendrement respectés. Les maitres cosmiques prendront des mesures d'accompagnement et leurs proposeront d'autres lieux dans l'univers où ils pourront continuer leur progression à leur propre rythme. Tout le monde, un jour, arrivera au but, tout le monde y a droit. Personne ne sera oublié.

La reconnexion au Soi se fait progressivement. Si nous imaginons que notre Soi divin est un personnage qui nous accompagne depuis toujours, c'est un peu comme si un jour nous nous apercevons de sa présence, alors que nous ne l'avions jamais remarqué. Nous commençons à dialoguer et nous faisons connaissance avec lui de façon plus approfondie chaque jour. Nous sentons qu'il est un ami sage et entièrement dévoué, il est notre ange-gardien. Alors, nous nous rapprochons de lui, jusqu'à former un couple soudé et inséparable.

Infuser la lumière dans la matière

Dans notre évolution, il y a une époque charnière importante, c'est le moment des premiers contacts avec le Soi divin, le moment où nous reconnaissons sa présence, à travers nos émotions, nos intuitions et les événements de notre vie. Dès lors, nos aspirations changent. Nous ne pouvons plus nous satisfaire d'activités superficielles qui n'ont pas de sens. Nous avons envie de construire ce couple intérieur. Comme aux premiers temps, nous voulons à nouveau faire l'expérience de la lumière dans un corps terrestre.

Les êtres humains qui ont retrouvé leur nature divine peuvent à nouveau s'orienter vers l'objectif initial, faire l'expérience de la lumière dans un corps physique. Toutefois, l'expérience de la séparation et du retour à l'unité les ont tellement transformés, leur conscience a été tellement propulsée, que ce but initial n'a plus la même nature. (Dans le symbolisme chrétien, c'est le message de la parabole du fils prodigue qui revient chez son père après avoir longuement divagué et dilapidé ses richesses. Il est chaudement accueilli chez lui.) Nous devons comprendre que le temps passé en état de séparation n'est pas, selon une conception humaine, du temps perdu, un empêchement fâcheux. D'ailleurs, dans ce cas, les maitres cosmiques ne l'auraient pas autorisé. 

Ceux qui ont réalisé la nature de leur Soi divin sont devenus des créateurs conscients. Ils s'abandonnent à leur essence divine avec lucidité et responsabilité. Par leur nature épanouie, ils rayonnent leur force et leur paix intérieure. Dans les légendes, on les représente comme des rois ou des personnes de sang royal. Ils deviennent des ponts de lumière entre les mondes cosmiques et la Terre.

Dans notre nouvelle énergie, notre tâche consiste à amener la matière vers un état vibratoire élevé grâce à l'intégration de la lumière supérieure. C'est ce que les maitres cosmiques attendent de nous, car seuls les êtres incarnés ont la capacité d'agir dans la matière. Nous sommes les acteurs de cette alchimisation de la matière. Cette tâche ne requiert pas que nous déployons une activité fébrile. La manière de canaliser la lumière dans la matière ne passe pas par l'action, mais par la façon dont nous sommes nous-mêmes, les pieds sur terre, emplis de confiance et rayonnants de bienveillance et de compréhension. 

Car nous rayonnons ce que nous recevons après que notre corps l'ait alchimisé. Notre corps devient un transformateur à condition qu'il soit élevé vibratoirement par notre mode de vie et notre façon d'être. Ceux qui pensent que s'élever, c'est devenir indifférent aux affaires terrestres, familiales et sociales sont dans une erreur fatale. Bien au contraire, de même que l'arbre ne peut développer son feuillage vers le ciel que si son réseau de racines est bien implanté et profond, de même, nous devons avoir des racines solides et vivre pleinement notre vie matérielle et sociale sur Terre.

De plus en plus d'êtres s'éveillent à leur lumière intérieure et deviennent des ponts. Beaucoup d'entre eux pensent: Je suis très heureux de cette transformation qui me remplit de joie. Mais quand je constate l'état lamentable de l'humanité et de la planète, je me dis que ma transformation n'est qu'une goutte d'eau inaperçue dans l'océan. Qu'en savent-ils? Avec la perception limitée qui est la nôtre, que savons-nous des répercussions de notre changement énergétique? En réalité, nous ne pouvons le savoir. L'influence est beaucoup plus grande, immensément plus que nous ne pouvons l'imaginer. C'est comme si de nous partent des vagues, qui, à des niveaux très subtils, nourrissent et transforment le monde et l'univers. Oui, pas seulement la Terre, mais aussi l'univers.

Sachez ceci: vous avez une influence. Vous, les Légions de Lumière, devenez plus nombreuses et fortes à chaque moment de chaque jour, et votre Amour/Lumière atteint et pénètre maintenant les coins les plus sombres de la Terre. (Archange Michaël)

Chaque combinaison d'esprits ou de pensées enrichit l'univers. Chaque fois que vous entrez en interaction avec un autre être, cette réunion ajoute quelque chose d'absolument unique à tout ce qui existe, car chacun de vous a des intentions et des attentes différentes. Ce que vous savez est unique en soi. Et c'est la combinaison des aspects propres à chacun qui ajoute de la valeur à l'univers. (Abraham)

Vous laissez une sagesse pour ceux qui vont emprunter le chemin. En ce moment précis, vous laissez cette sagesse. Vous ne savez pas pour qui, ni pour quand. Le véritable travail que vous faites à des niveaux intérieurs profonds - ce que vous appelleriez des niveaux psychologiques de qui vous êtes - ce travail fait une différence sur cette Terre… fait une différence pour ceux qui viendront après vous… fait une différence dans l'univers entier. (Geoffrey Hoppe)

Dans un autre article (Aspects géométriques et sonores des créations de l'univers - un autre regard sur l'évolution), je donne une description plus précise des processus expérimentaux de séparation et de reconnexion au divin,
qui s'appuie sur la constatation que la vie est régie par des schémas directeurs provenant des mondes supérieurs. Les schémas des êtres humains ont été falsifiés et notre époque est celle de la restauration des codes d'origine.


 Recommandez cet article à vos contacts  grâce à Google +1 
 ou Facebook 

Comment accompagner consciemment la transition

Voici quelques points de repère pour participer pleinement à notre propre transition, à celle de l'humanité, et celle de notre Terre.

Éliminez les pensées et les sentiments de séparation. Chaque fois qu'un sentiment d'isolement, d'impuissance ou de petitesse vous envahit, vous imaginez que vous lui envoyez de l'amour et de la lumière. Vous lui demandez fermement de partir et vous le laissez se dissoudre. Même chose pour les sentiments de possession et de territoire. Abolissez les frontières de race, religion, culture et pays. Entrainez-vous par l'imagination à sentir votre unité avec la galaxie et l'univers.

Respectez chaque forme de vie. Respectez les humains, les animaux, les plantes, les minéraux, les objets. Cela revient à honorer le divin. Remerciez aussi toutes les circonstances, même difficiles, qui poussent votre conscience à évoluer.

Recherchez la joie et le plaisir. C'est un concept récent assez peu appliqué. Asseyez-vous au banquet de la vie et soyez reconnaissants: la nourriture, les relations, la nature, la musique, etc.

Soyez vraiment ce que vous êtes. Laissez-vous être spontané et ouvert. Partagez ce que vous êtes sincèrement et profondément.

Abandonnez-vous sans crainte aux forces de vie et aux changements. En se transformant, la Terre entrainera tout ce qui vit. Si vous résistez, cela vous créera des souffrances supplémentaires au lieu de vous apporter joie et légèreté. Vous serez peut-être amenés à changer vos habitudes, votre lieu d'habitation, votre profession, vos relations. N'ayez crainte, cela vous conduira vers des gens et des choses d'un niveau plus raffiné qui auront beaucoup de sens et seront plus importants dans votre existence future.

Attention à l'impatience. Ne soyez pas trop impatients d'arriver à la nouvelle dimension vibratoire. C'est comme si, ayant déjà réservé votre nouvelle habitation, vous avez hâte d'y emménager et vous oubliez de vous occuper de votre logement actuel. Restez dans le moment présent.

Restez centrés. Apprenez à ne pas vous laisser déstabiliser par les réactions des autres, ni par les tourmentes de votre vie, ou celles de l'humanité. Centrez-vous sur le cœur de votre cœur. Imaginez des racines qui partent de vos pieds et s'enfoncent dans la terre. Restez attentifs à la façon dont vous pouvez servir votre Soi dans le moment présent.

Inventez le nouveau monde. Focalisez-vous sur ce qui est positif dans votre vie, chez les gens que vous rencontrerez, et dans les événements. Imaginez le monde comme vous le voudriez s'il était bâti uniquement sur une vibration d'amour.


En savoir plus

Articles dans ce site

Autres sites

Livres













Texte conforme à la nouvelle orthographe française (1990)

13 février 2010