Catastrophes naturelles et pollution mentale

La Terre se délivre des énergies mentales de lutte, division, concurrence et pouvoir

Alain Boudet

Dr en Sciences Physiques, Thérapeute, Enseignant

Télécharger l'article dans sa version de 2007 prête à l'impression
sur Academia

Résumé: Inondations, ouragans, tremblements de terre, éruptions volcaniques, la Terre subit de terribles catastrophes. Sont-elles vraiment des accidents qui surviennent au hasard? Cette hypothèse ne fait que créer ou renforcer la peur en suggérant qu'aucune protection n'est efficace, aucun salut n'est possible. L'hypothèse alternative est que les bouleversements terrestres sont la conséquence logique de causes profondes qui ont été annoncées et explicitées depuis fort longtemps par les peuples de la terre tels que les amérindiens. La cause la plus importante est notre façon de penser en termes d'opposition, concurrence, lutte, conquête et divisions. Dans ce cas, nous pouvons atténuer ou supprimer les phénomènes terrestres et les souffrances humaines consécutives. Il suffit d'adopter un comportement de bienveillance et de compréhension vis-à-vis de la nature et des autres humains en prenant conscience que nous sommes unis. Chacun doit se dégager de ses propres comportements égoïstes, souvent issus de blessures d'enfance, en entreprenant une observation honnête de soi-même.

Contenu de l'article:


La Terre est secouée de violents cataclysmes

Les catastrophes naturelles surviennent de plus en plus fréquemment et sont de plus en plus destructrices. Nous avons été bouleversés par les images terribles que nous ont présentées les chaines de télévision et les journaux, dévoilant les nombreuses victimes et les dégâts matériels considérables: tsunami dans l'océan pacifique (26 décembre 2004), inondations à La Nouvelle Orléans (ouragan Katrina, aout 2005), tremblements de terre au Pakistan (8 octobre 2005) ou à l'Île de Java (2006), tempête en France du 26 décembre 1999, glissements de terrain aux Philippines (17 février 2006), au Mexique, au Vénézuela, etc...

En plus de ces cataclysmes violents qui font la une des journaux, il en est d'autres qui passent inaperçus dans le grand public parce qu'ils sont situés hors des zones d'habitation dense et font beaucoup moins de dégâts: tremblements de terre, inondations, tornades, éruptions volcaniques, etc. Chaque jour, la terre est parcourue de séismes petits ou gros, et balayée par les orages et les vents. Il suffit pour s'en rendre compte de consulter les organismes spécialisés, tels que les Instituts de surveillance ou de recherche (par exemple, pour les séismes, le service universitaire Incorporated Research Institutions for Seismology aux États-Unis ou le Centre Sismologique Euro-Méditerranéen- EMSC). On y constate que de gros séismes (magnitude > 6) se produisent plusieurs fois par semaine!  L'équilibre géologique et climatique de la Terre est fortement malmené.

Le climat se modifie, et il est reconnu que les saisons ne présentent plus leurs caractéristiques habituelles. On assiste à des records climatiques, trop chaud ou trop froid, abondance de pluie ou sécheresse, violence des vents et présence de tornades là où elles n'existaient pas.

Le nombre d'événements catastrophiques est en augmentation constante

Courbes statistiques des catastrophes naturelles

Augmentation du nombre de catastrophes naturelles
Statistiques de la Compagnie Suisse d'assurances Swiss Re (Revue Sigma)

Certains prétendent que cette augmentation n'est qu'illusion, effet de l'information rapide et abondante que nous recevons à notre époque de communication technologique. C'est éviter de regarder en face les données accumulées par les études multiples accomplies par des instituts scientifiques et différents organismes.

Certains d'entre eux ont rassemblé une documentation minutieuse. Ainsi, des compagnies d'assurance qui en subissent les conséquences financières directes; des cabinets d'expertises d'évaluation de risques; des services universitaires et des institutions officielles; des mouvements d'aide aux victimes.

En voici quelques-uns, débusqués sur Internet:
Notre planète info
, où l'on peut aussi bien avoir des explications pédagogiques sur les risques naturels que des données statistiques.
CatNat
, un cabinet d'expertise, affiche l'actualité de ces catastrophes naturelles.

Contraindre la Nature, se résigner, ou l'écouter?

L'homme pensait être capable d'imposer sa volonté et ses désirs à la nature. Par sa technologie, il a crû qu'il pouvait considérer la nature comme un réservoir inerte de matières premières, implanter ses constructions et creuser ses mines selon ses caprices. Il ne s'est pas soucié des conséquences de ses choix sur la nature et l'humanité.

L'homme s'est conduit comme un mari violent qui impose à sa femme tous ses désirs, sans tenir compte qu'elle est un être sensible, qu'elle a besoin d'être écoutée et respectée. Et voici que sa femme, la Nature, lui renvoie sa sensibilité, ses lois, sa force.

Que nous éprouvions de la tristesse devant le spectacle de tant de souffrances, de l'insécurité en nous demandant ce que nous réserve l'avenir, ou indifférence, terreur, inquiétude, ces phénomènes soulèvent un questionnement incontournable: quelle est notre place dans la Nature?

Devant ces forces naturelles gigantesques qui nous dépassent, nous nous sentons petits et faibles. Notre destin est-il d'être perdus tels des fétus de paille dans la tempête, ou ballottés comme des bouchons dans l'océan déchainé? N'avons-nous pas d'autre solution que d'assister passivement à ces destructions? Et de nous résigner aux déconvenues et aux malheurs en croyant que nous n'y pouvons rien? Au-delà de la peur et de la résignation, y a-t-il une autre attitude possible?
OUI ! Mais pour l'envisager, il faut comprendre que les catastrophes n'arrivent pas comme une fatalité implacable. Elles sont liées à la façon dont nous envisageons notre rapport avec la Nature.
Cela nous donne la possibilité d'agir pour construire un monde de paix et d'harmonie avec la Nature. C'est ce que je vais montrer.

Le réchauffement global

tempete99

Tempête en France, 26 décembre 1999, Auvergne
Merci à Michel Vérollet

Parallèlement à ces excès climatiques, on constate une fonte ultrarapide des calottes glaciaires, et un recul des glaciers. Cela entraine une élévation du niveau de la mer qui risque de submerger des côtes très peuplées dans différents pays.

Cela indique que la Terre subit un réchauffement global, entrainant des modifications dans les cycles écologiques des plantes et des animaux. Cela perturbe la circulation des grands courants marins comme le gulf stream. Or le gulf stream régule les températures des continents, réchauffant la côte européenne. Aussi, un scénario calculé par les scientifiques prévoit que les perturbations des courants dues au réchauffement global entraineront un refroidissement du continent européen.

Le réchauffement global est fréquemment mis sur le compte de l'augmentation de la teneur de l'atmosphère en gaz carbonique (CO2) et autres gaz à effet de serre, à cause des technologies humaines et du choix de sources d'énergie polluantes. Mais cette hypothèse est très controversée.

En effet, d'autres scientifiques ont montré qu'on assiste au même phénomène de réchauffement dans d'autres planètes du système solaire. Sur la planète Mars, le satellite Odyssey a révélé que la glace se retirait. Le Dr. William Feldman du Laboratoire national de Los Alamos (USA) dit qu'une explication possible est que Mars est en train de sortir d'une période glaciaire. Plusieurs rapports indiquent que le climat du système solaire entier évolue, probablement sous l'influence du soleil et aussi de rayonnements galactiques.

Voir entre autres: le rapport de l'ONU Report shows UN admitting solar activity may play significant role in global warming; Sun Blamed for Warming of Earth and Other Worlds; The Solar System Climate Is Changing, Not Just Earth; Interplanetary “Day After Tomorrow?”

Si cette hypothèse est vraie, la montée de la teneur en CO2 serait la conséquence du réchauffement, non sa cause. Cela ne signifie pas que nous pouvons rejeter n'importe quoi dans notre atmosphère. Il reste important que nous nous soucions des sources polluantes dues aux activités industrielles humaines et que nous révisions notre mode de vie irrespectueux de la nature. Car, faire du CO2 la seule cause de bouleversements climatiques, c'est détourner l'attention de toutes les pollutions chimiques déversées à doses horrifiantes dans l'atmosphère, dans les rivières, la mer, dans la Terre. C'est ignorer la déforestation massive, qui ignore, voire méprise, les conséquences sur l'humanité.

Or tous ces paramètres ont une influence sur l'équilibre écologique, climatique et électromagnétique de la Terre. Certains analystes soupçonnent que la théorie du réchauffement global arrange surtout ceux qui profitent de la taxe carbone. La taxe carbone n'arrête pas la pollution globale de la planète.

Les manipulations technologiques du climat

Parallèlement aux discours politiques et aux grands rassemblements sur l'urgence de réduire la production de gaz carbonique, le réchauffement global devient le prétexte pour recourir à un autre type de pollution introduit sous la forme de la géo-ingénierie, autrement dit la technologie qui permet de manipuler le climat et le fonctionnement de la Terre.

L'expérimentation et la recherche dans ce domaine ne sont pas nouvelles. Des études déjà anciennes ont été menées par l'agence américaine responsable de l’étude de l’océan et de l’atmosphère (NOOA). Comme il se doit, les institutions militaires y ont trouvé un intérêt considérable, comme pour ce qui est de toute technique qui permet d'avoir un pouvoir sur l'ennemi, et les études se sont rapidement développées aux États-Unis comme en Union soviétique à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Elles ont été utilisées par les États-Unis dans la guerre du Vietnam dans des tentatives d'ensemencement des nuages de façon à provoquer des intempéries au-dessus de la piste Ho Chi Minh, afin de rendre impraticables les voies de communication nord-vietnamiennes.

Alors que les gouvernements restent muets sur le sujet de l'utilisation de produits chimiques dans l'atmosphère, des rapports publics (par exemple une étude de l'Institut Carnegie) montrent qu'actuellement, il existe un programme consistant à voiler les rayons du soleil. Le procédé consiste à épandre des trainées nuageuses (appelées chemtrails en anglais) contenant des particules réfléchissantes d'aluminium et de baryum. Pour justifier ce procédé employé sans l'accord des populations, sans même les informer, les autorités scientifiques prennent pour prétexte qu'on n'a plus d'autre choix, au nom du sauvetage de la planète, du moins selon leur façon de considérer ce qu'est un sauvetage. Les experts du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’évolution du Climat) affirment que nous sommes impuissants à enrayer le réchauffement climatique, même si nous changeons notre mode de vie. Aussi, selon eux, il est nécessaire d'employer une géo-ingénierie massive de la chimie de l’atmosphère. Tout ceci est conduit de façon très discrète, sans souci de l'impact que de tels produits chimiques peuvent avoir sur la santé des populations, des plantes et des animaux, et sur les équilibres écologiques.


En septembre 2014, Jacques Daidié est parti à la rencontre, en Italie, de Rosario Marciano, militant connu contre la géo-ingénierie et de sa famille. Le présent travail est né de cette rencontre. L'association Ciel voilé remercie Rosario Marciano pour son autorisation de sous-titrage du documentaire italien dont il est le producteur :"Chemtrails : la guerre secrète". Nous remercions aussi chaleureusement tous ceux qui ont contribué à la traduction : Jacques, Dominique d'Avignon, Marie de Monteux, Sébastien de St Firmin en Valgaudemard et Danielle de Gap.
Documentaire de www.tankerenemy.com
Sous-titré en français par l'association : www.cielvoile.fr

Voir UN: ‘The World Won’t Cool Without Chemtrails’ (No Matter What) par Melissa Melton, 26-09-2013, traduction française geopolintel; Les chemtrails qu'est-ce que c'est?; Épandage de produits chimiques dans l'atmosphère: on vous trompe, on vous ment; Le projet de la CIA pour contrôler le climat, Le nouvel Observateur, 18-07-2013; Geoengineering Climate: Technical Evaluation and Discussion of Impacts)

ciel empli de chemtrails
Le réseau d'antennes HAARP en Alaska
Fonctionnement de HAARP
Ciel empli de trainées chimiques
Merci à Chemtrail France
Le réseau d'antennes HAARP en Alaska
Merci à Justin Ames, The Velvet Rocket
© 2007 Thomson Higher Education
Merci à Maxime Pour,  Études géostratégiques

Il est un autre procédé de la géo-ingénierie encore plus puissant et d'un niveau technique plus avancé que l'épandage de substances chimiques, c'est l'utilisation d'ondes électromagnétiques. Le programme HAARP, conduit par l’armée de l’air et de la marine des États-Unis et par l’Institut de géophysique de l’université d’Alaska, est l'un des éléments les plus ambitieux de cette quête de contrôle.

Comme l'indique le nom HAARP (High Frequency Active Auroral Research Project), il utilise des rayonnements de haute fréquence. Ceux-ci sont envoyés dans l'ionosphère par un champ d'antennes installées à Gakona en Alaska. Il existe d'autres ensembles d'antennes plus petits installés à Arecibo dans l'ile de Porto Rico, à Fairbanks en Alaska, à Tromso en Norvège, à Moscou, Nizhny Novgorod et Apatity en Russie, à Kharkov en Ukraine et à Dushanbe en Tadjikistan et probablement ailleurs.

Les rayonnements émis modifient les conditions électriques de l'ionosphère sur une zone localisée qui devient un miroir ou une lentille sur laquelle d'autres ondes de télécommunication sont envoyées et rebondissent vers une cible choisie située pratiquement n'importe où sur la planète.

Cette technologie est présentée comme permettant d'améliorer la communication avec les sous-marins. Mais elle peut aussi être utilisée pour des applications militaires et comme arme. Elle a la capacité d'un radar de pénétration de sol à longue portée pour découvrir des installations souterraines. Elle peut à volonté perturber ou bloquer les communications électroniques d'un pays. Enfin, elle permet de manipuler le climat à un endroit choisi et de désorganiser les équilibres écologiques et les systèmes agricoles. C'est donc un système puissant et invisible.

En modifiant les conditions électriques de la haute atmosphère, les ingénieurs jouent aux apprentis sorciers car ils ne se soucient absolument pas des conséquences graves que cela peut avoir sur le climat mondial et sur l'écosystème. C'est pourquoi la Commission européenne des affaires étrangères, de la sécurité et de la politique de défense s'en est inquiétée (rapport A4-0005/99 en date du 14 janvier 1999). Mais sans doute a-t-elle eu affaire à des intérêts puissants?

Sources: HAARP - Un système d’armement modifiant le climat, Maldoror, Agoravox, 28-01-2010; HAARP, un programme américain de guerre climatique?, Maxime Pour, Études Géostratégiques, 04-01-2013; Our climate, Dead or alive, R.A. Miller et I. Miller, 2003; HAARP Project, portail d'articles en anglais et en espagnol

I-TELE, 02-10-2008: HAARP, Arme Climatique

Les bouleversements terrestres ont un sens

Les bouleversements terrestres ont été annoncés depuis fort longtemps dans les traditions des peuples indigènes. Par d'anciennes prophéties transmises de génération en génération, les amérindiens avaient été prévenus de leur propre extermination par les hommes blancs et des troubles terrestres qui s'ensuivraient (voir articles sur les prophéties des Hopis et les prophéties ojibwés des 7 feux). Ces prophéties sont réaffirmées et renouvelées par des sages et visionnaires contemporains qui lancent des appels et des avertissements (voir l'appel d'Arvol Looking Horse dans ce site).

Dans son ouvrage L'envol du Phényx (1985), Mary Summer Rain raconte l'enseignement que lui a transmis une vieille guérisseuse amérindienne Chippewa aveugle nommée Sans-Yeux (No-Eyes), dans le Colorado (USA), dans les années 70-80. Elle expose ses visions de la planète dans le futur. "Mère-Terre souffrir beaucoup":

Il est important de noter que les visions de No-Eyes ne sont pas limitées aux changements climatiques. Les éruptions volcaniques et les tremblements de terre y figurent en bonne place, ainsi que des troubles sociaux et techniques. On reste ébahi par la justesse de ces prévisions qui ont reçu et reçoivent actuellement une confirmation par les faits.

Que ces événements puissent avoir été "pré-vus" ou "pré-dits", voilà qui porte à réfléchir. Dans ce cas, on ne peut plus parler de leur caractère aléatoire. Selon les messages des peuples de la Terre, les bouleversements ne surviennent pas par accident, dont les humains en seraient de pauvres victimes. Ils ont un sens qui met en cause la responsabilité de l'homme.

D'où les interrogations auxquelles je vais tenter d'apporter des éléments de réponse:

Les catastrophes naturelles, un processus d'élimination des pollutions

L'essentiel des messages de No-Eyes, des Hopis ou des Ojibwés n'est pas de prédire un futur, il est d'avertir et de mettre en garde. Les messages veulent nous faire comprendre que ces manifestations terrestres constituent des signes émis par la Terre c'est-à-dire, comme l'indique l'étymologie du terme, qu'elles portent une signification. C'est un langage. No-Eyes nous invite à l'écouter, à en comprendre le sens et à suivre ses indications en changeant nos comportements.

Le mari est invité à écouter sa femme et à s'occuper de son bien-être. Nous sommes invités à faire de même avec la Nature.

Par ses bouleversements climatiques et géophysiques, la Terre nous signifie qu'elle ne peut plus endurer de telles souffrances et qu'elle a entamé un processus de purification. La Terre se délivre de ses pollutions.

La femme bafouée veut retrouver sa dignité et sa grandeur.

On peut comparer ce processus à celui de la maladie d'une personne humaine. La maladie n'est pas due à l'attaque aléatoire d'un virus. Un tel concept ne fait que nous considérer comme les pauvres victimes d'une nature cruelle qui frappe aveuglément, tout comme les catastrophes naturelles. En réalité, la maladie s'installe sur un terrain affaibli par des toxines et un mode de vie erroné (alimentation, rythme de vie, façon de penser et d'envisager sa place dans la société). La fièvre d'une personne, par exemple, a pour fonction d'éliminer ses toxines, de restructurer certains tissus et de rétablir l'intégrité corporelle (voir l'article Santé naturelle). De la même façon, la Terre fait sa fièvre pour éliminer ce qui l'empêche d'être pleinement saine. Elle s'ébroue pour se débarrasser des corps étrangers qui ont été enfoncés en elle comme des poignards, ou inoculés comme des poisons, sans aucun égard pour elle. Elle veut retrouver son intégrité. Bien entendu la Terre n'agit pas à la façon d'une volonté humaine, mais selon une loi organique et cosmique.

Pour No-Eyes et les sages des peuples indigènes, la Terre n'en peut plus de subir des violences (viols) et des profanations. Elle est saignée avec mépris afin d'extraire à outrance pétrole, minéraux, substances radioactives, et autres matières pour le profit de quelques grandes compagnies. Des toxines dangereuses sont déversées en permanence dans l'environnement, dans l'atmosphère, l'eau et le sol. Ces exactions s'accompagnent de maltraitance vis-à-vis des plantes, des animaux, et aussi des humains, y compris les ouvriers des usines polluantes et les populations locales.

Les réactions de la nature se produisent régulièrement, mais elles ont pris une intensité particulière à notre époque, parce que nous sommes allés aussi loin qu'il était possible dans notre pouvoir de destruction. Aller encore plus loin serait anéantir toute vie sur terre.

Est-il encore temps de réorienter notre destin? Oui, nous pouvons agir et influer sur lui, comme je le développe plus bas.

Mais pour les organismes des États qui refusent d'envisager un dialogue profond et respectueux avec la Terre, l'éventualité qu'il est trop tard pour sauver la Terre est sérieusement envisagée. Aussi, dans leurs programmes spatiaux, ils étudient des possibilités d'évacuation d'une partie de l'humanité (sélectionnée par eux!) sur la planète Mars. Comme celle-ci est actuellement impropre à la vie, des scientifiques sont engagés pour étudier comment la transformer pour créer des conditions identiques à la vie sur terre (ce qu'ils appellent la terraformation). Bien entendu, cela nécessitera des interventions gigantesques, tels que faire fondre les calottes glaciaires polaires (par des explosions nucléaires!!)pour créer une atmosphère. Quelle absurdité et quelle folie!!! Nous pouvons nous interroger sur la personnalité profonde de ceux qui mènent le monde.

Les changements rapides du magnétisme terrestre

Parmi les signes géologiques de changement, les scientifiques ont constaté que le magnétisme terrestre était en train de chuter. Les valeurs de ce champ ont été collectées par plusieurs satellites dès la fin des années 1960 (par exemple POGO), mais surtout après 1980 (par exemple Magsat, Oersted). Auparavant, il y a eu des relevés maritimes et des mesures d'observatoires sur terre à partir de 1835.

Si le taux actuel de décroissance persistait, les scientifiques disent le champ serait nul dans 2000 ans environ, mais d'autres disent 200 ans. En fait il est difficile de prévoir si cette tendance va continuer ou s'inverser. Mais comme elle peut aussi bien s'accentuer, cela suscite des interrogations profondes sur ses conséquences, surtout si on place ce phénomène dans le contexte des autres signes de changement, liés à des changements importants de conscience.

De plus d'autres données provenant de sources archéologiques montrent qu'on peut faire remonter la décroissance du champ magnétique à des temps plus anciens. C'est ce que nous révèlent les argiles utilisées dans les poteries. Elles contiennent des minéraux magnétiques sensibles au champ. Lors de leur refroidissement à la sortie du four, ces argiles conservent l'empreinte du champ et cette empreinte peut être mesurée (une science appelée archéomagnétisme). Les résultats montrent que le champ magnétique terrestre a décliné de 50% environ depuis 4000 ans.

décroissance du champ magnétique

Décroissance du champ magnétique terrestre
Source: Commission géologique du Canada

carte du magnétisme terrestre

Répartition de l'intensité et des directions
du champ magnétique terrestre en l'an 2000
selon G. Glatzmaier et P. Olson
© Extrait de Scientific American 2005

Les mesures satellitaires fournissent également la répartition cartographique des valeurs et de la direction du champ. Globalement, le champ est polarisé, c'est-à-dire qu'il pointe vers l'intérieur de la Terre au pôle nord et vers l'extérieur au pôle sud. Mais ce n'est là qu'une vision très simplifiée.

En effet, si on représente sur une carte les zones de champ de direction intérieure (nord) par une couleur (bleue), et par une autre (rouge) les champs de direction extérieure (sud), on s'aperçoit que des zones de polarisation nord sont incluses dans les zones de polarisation sud; mais encore, qu il y a eu une évolution très nette de ces inclusions entre 1980 et 2000. Les taches nord sont de plus en plus larges dans la zone sud. Cela donne l'impression que le pôle sud tend à devenir un pôle nord. De même le pôle nord a tendance à devenir un pôle sud; autrement dit il semble se produire une inversion des pôles.

Cette interprétation est renforcée par le fait que des inversions de pôles magnétiques se sont produites plusieurs fois par le passé. Il est possible de lire l'histoire du champ magnétique car elle est enregistrée dans les laves. Les laves contiennent du basalte qui est une roche faiblement magnétique. Elle sort liquide du volcan. Au moment du refroidissement, en-dessous d'une certaine température, les particules magnétiques s'orientent dans le sens du champ magnétique existant localement à ce moment. En se solidifiant, la lave garde la trace de l'orientation du champ. Le résultat des mesures sur des millions d'années est que le champ s'est inversé souvent, sans régularité visible, avec une moyenne d'environ 250'000 ans. La dernière inversion a eu lieu il y a 780'000 ans.

Certains pensent que ces changements rapides du magnétisme terrestre font partie des manifestations qui accompagnent la transition vers un monde débarrassé de ses pollutions. Cette transition est en marche et les signes annoncés par No-Eyes sont bien présents.

Sources: Probing the geodynamo, G. Glatzmaier et P. Olson, Scientific American, 2005, 50; Des recherches complémentaires ont été conduites par Gauthier Hulot et l'équipe de géomagnétisme de l'Institut de Physique du Globe de Paris

La purification précède l'arrivée d'un monde de PAIX

La Terre est en transition, oui, mais vers quoi? Puisque les bouleversements terrestres sont destinés à évacuer les pollutions, nous allons vers un monde débarrassé de TOUTES les pollutions. La Terre progresse dans cette direction, indépendamment de l'action et de l'attitude des humains, que ce soit avec eux ou malgré eux. La transition se fera avec ou sans l'humanité, ou avec une partie seulement, en fonction des choix de vie et de pensée de chacun.

No-Eyes dit que ce monde sera l'Âge de la Paix et il verra la renaissance de l'Arbre Sacré dans la grand cercle des Nations. Elle dit que cela s'accompagnera d'innovations dans les types de constructions, dans l'usage d'énergies non polluantes. Que ce sera un monde où toutes les formes de vie seront respectées, où régneront l'égalité sociale et l'harmonie avec la nature. L'humanité profitera des nouvelles conditions terrestres pour bâtir sa vie sur de nouvelles bases.

Beaucoup déjà inventent de nouvelles formes d'interactions, de solidarité, d'habitat, de soins de santé, d'économie, de pratiques alimentaires ou énergétiques, même sans avoir connaissance de ces prophéties, ou sans y accorder d'attention particulière (voir parmi bien d'autres les réseaux français et internationaux suivants: Terre et Humanisme, banque NEF, Finances solidaires, Villes en transition, Monnaies locales, Économie solidaire, Agriculture paysanne, Jardins partagés, etc.). Le monde solidaire est déjà dans l'air du temps. Quant au monde de paix, il est en germe, mais il demande un plongeon plus important dans le tréfonds de nos âmes.

La transition vers un monde de paix, annoncée par les amérindiens, est évoquée dans de nombreuses autres traditions sur la planète. L’islam est lui-aussi dépositaire de prophéties (Voir le livre de Jean Ezechiel, Les prophéties de l'Islam). La philosophie védique parle de différentes périodes par lesquelles est passée la Terre, et nous sommes à la fin de l'ère du Kali-Yuga, une ère plutôt sombre à laquelle succédera une ère de lumière.

L'avènement d'un monde de lumière est annoncé dans la Bible lorsqu'elle parle de l'Apocalypse. Ce mot Apocalypse a aujourd'hui  pris le sens de cataclysmes, survenant comme une punition et provoquant la fin du monde. Mais c'est déformer vers un sentiment peur le beau message original de ces révélations, qui nous parle en réalité de la fin d'un monde, le monde corrompu et violent qui est le nôtre. Le sens exact d'Apocalypse est Révélation. Ce qui est révélé est la réalité profonde et multidimensionnelle de qui nous sommes, de ce qu'est l'univers, comment nous sommes reliés à lui. Des éléments de réponse sont exposés dans d'autres articles de ce site: Les corps subtils et les chakras; Des diagrammes dans les champs; Spiritualité et développement personnel; Le sens de la vie; L'origine de la Vie; etc.

Sommes-nous le fleuron de l'évolution?

Le monde de paix ne pourra s'établir que si les actes de destruction et d'agression de l'Homme envers la Terre cessent. Or ces actes sont la manifestation extériorisée de notre façon de penser. Les faire cesser implique que nous devons changer notre conscience et notre rapport à la Terre. Actuellement, nous nous comportons globalement comme si la Terre ne mérite pas d'être prise en considération. Nous n'envisageons pas d'avoir un dialogue avec elle et d'établir une synergie. Nous pensons que nous pouvons agir pour notre intérêt personnel sans se soucier d'elle. 

Cette façon d'être s'infiltre de façon courante et anodine dans tous les supports de notre culture, les médias, l'enseignement que l'on délivre aux enfants. Voici à titre d'illustration ce qu'on relève dans un livre sur la danse (1986): "L'homme a adoré la nature tant qu'il s'est senti écrasé par sa puissance, et a cessé de le faire quand sa technologie s'est montrée capable de la dominer. Pour influencer l'univers, l'homme a d'abord dû en prendre possession."

Les archéologues, ethnologues et historiens appuient cette vision en la justifiant par la théorie de l'évolution. Dans leurs écrits et productions médiatiques, ils sous-entendent systématiquement que nous en sommes le produit le plus élaboré, le résultat d'une progression qui a débuté à l'âge de pierre. Selon la théorie de la sélection darwinienne, ce sont les plus malins qui ont réussi à survivre et à se développer, grâce à leurs savoir-faire et à leurs inventions techniques. Nous sommes donc ceux qui ont la connaissance scientifique et la technologie les plus évoluées. Nous sommes ceux qui savent!

Selon cette conviction, les anciens qui vivaient à l'âge de pierre étaient des êtres rustres et ignorants qui avaient peur de la nature. De celle-ci, ils avaient une représentation imaginaire, magique et illusoire car ils n'en comprenaient pas la réalité scientifique. À l'opposé, nous, grâce à notre connaissance de la matière, des atomes, des cellules, de la génétique, nous savons ce qu'est cette réalité. Nous avons compris que la peur de la nature était sans fondement, puisqu'il n'y a pas de magie. Nous? Tout au moins nos scientifiques, à qui nous pouvons nous en remettre pour ce qui concerne la compréhension de l'univers et de l'homme et pour faire les choix de société qui en découlent.

Pakistan

Bâtiments écroulés à Muzaffarabad, capitale du Pakistan,
à la suite du séisme du 8/10/2005
Source: Earth Quake in Pakistan

Tout naturellement, les journalistes et cinéastes relayent ces idées conventionnelles et stéréotypées, parce qu'ils en sont imprégnés. La façon dont tous les membres d'une communauté (scientifique, religieuse, médiatique) adoptent la même façon de penser est ahurissante; ils suivent les mêmes paradigmes, sans les expliciter, même si ces paradigmes recèlent des contradictions internes importantes, parce que pour eux tout cela va de soi.

La conformation des esprits est un obstacle important pour envisager un monde de paix. La paix ne peut être établie que sur la base de l'écoute approfondie des autres sans jugement préalable, donc sans idée préconçue.

Se considérer comme le fleuron de la création est le contraire de l'écoute. Cela a conduit à imposer nos conceptions et notre mode de vie aux peuples indigènes qu'on a appelés peuples primitifs sans nous soucier de ce qu'ils pensaient et ressentaient. Les missionnaires avaient pour but de leur inculquer la "vraie" connaissance, avec notre morale, notre conception du bien et du mal. Dans l'ouvrage La leçon indienne, les secrets d'un homme médecine, l'amérindien Wallace Black Elk interviewé par Paco Rabanne, raconte comment les amérindiens ont été forcés d'abandonner leur culture, leurs rites, leurs connaissances jusqu'à en avoir honte, ou être emprisonnés s'ils les pratiquaient, alors qu'en réalité ils avaient une connaissance plus profonde et plus vaste de l'éducation, du développement personnel et de la santé.

D'ailleurs, les connaissances occidentales plus récentes sur le développement humain et la psychologie rejoignent ces sagesses anciennes. Certes, notre attitude envers les peuples dits primitifs a évolué et nous les considérons comme des personnes à part entière aussi intelligentes et talentueuses que les autres. Il n'en reste pas moins que sous couvert de programme d'aide humanitaire et avec les intentions les plus généreuses, on cherche souvent encore à leur transmettre tous les "bénéfices" de NOS conceptions.

À cause de notre esprit prétentieux et arrogant, nous sommes incapables d'imaginer que des êtres aient pu être plus intelligents que nous et disposer d'une technologie que nous ne connaissons pas encore. Si des énigmes se posent, telles que la construction et la fonction des Pyramides d'Égypte, les monuments mégalithiques de Stonehenge, ou la découverte du Disque de Nébra, alors les solutions sont envisagées seulement dans le cadre strict de la pensée du "nous sommes les plus évolués", en attribuant aux habitants les outils et les connaissances qu'on suppose être de l'âge de pierre. Heureusement, de plus en plus d'archéologues en viennent à des conclusions qui montrent que ces hommes d'autrefois étaient bien plus évolués qu'on ne le supposait. Les trouvailles d'objets archéologiques, la construction des sites sacrés et leur implantation en réseau organisé supposent qu'ils détenaient des connaissances cosmologiques, mathématiques et techniques poussées (voir Alignements de sites sacrés).

Il est remarquable que ce sont les peuples qui ont été appelés primitifs qui nous ré-apprennent à dialoguer avec la Nature et la Terre, et peu à peu dévoilent leurs savoirs subtils.

La plus grande pollution est l'agressivité entre les hommes

Lorsque les amérindiens disent que la Terre se délivre des pollutions accumulées, ils précisent que les pollutions chimiques sont un fléau majeur, mais qu'il en est un plus grand encore. C'est la pollution mentale: notre esprit de division, nos pensées conformistes et arrogantes, nos émotions négatives. Les émotions négatives apparaissent dans la façon agressive dont nous nous comportons les uns vis-à-vis des autres, avec conflits, luttes, ressentiments, agressions et vengeance.

Dans tous les domaines, à tous les niveaux, cet esprit agressif se manifeste, des luttes entre nations aux conflits familiaux. Il n'y a qu'une différence de degré entre les guerres des peuples et des ethnies, les conflits nationaux ou locaux pour posséder un territoire ou la gloire, les jalousies et ressentiments au sein d'une famille ou avec les collègues, et le désir impérieux d'anéantir les concurrents économiques, ou le parti politique adverse. Dans tous les cas, le ressort est le même.

Le moteur de ce comportement agressif est de déposséder l'autre pour posséder soi-même. La vie sociale contemporaine est fondée sur ce postulat: si l'autre gagne, moi je perds. Si je perds, je ne peux pas vivre. La seule façon de vivre (de survivre) est de mener en permanence une lutte fratricide. Si l'autre perd, je gagne. Pourquoi notre apprentissage n'est-il pas orienté sur la mise en commun de nos richesses, nos idées, notre créativité? Pourquoi faut-il que deux candidats à la fonction de maire, talentueux et complémentaires, emploient-ils leur temps, leur énergie et leur argent (celui de leurs supporteurs!) à se battre farouchement et médiatiquement l'un contre l'autre au lieu de s'associer, tout cela uniquement parce qu'ils sont inscrits dans un parti différent? Je trouve cette situation très symbolique de la folie des hommes.

L'anxiété fondamentale de perdre est dévastatrice. Elle repose sur la croyance sans fondement que nous sommes séparés les uns des autres, séparés de la nature. Nous croyons que détruire l'autre n'aura pas de conséquence négative pour soi. L'enseignement scolaire français contribue à implanter cette croyance, car il met en avant l'apprentissage de la compétition et de la lutte, la valorisation des meilleurs (voir dans ce site le dossier Éducation).

Or il existe un lien direct entre notre façon de penser et l'équilibre énergétique et la santé de la terre. Notre pensée agit comme une énergie électrique qui est accumulée dans des sortes de réservoirs. Ces réservoirs de charges énergétiques (égrégores) influencent l'état de la terre (voir en annexe 3 une hypothèse scientifique d'explication). A titre d'exemple, il a été démontré que des pensées/émotions cumulées de toute une communauté sont très puissantes et sont capables d'influencer les calculs d'ordinateurs dédiés à cette détection (voir le programme de conscience globale dans Ma vie, miroir de mes pensées). Aussi, si nos pensées dominantes sont constituées de sentiments négatifs et d'idées de guerre, et que ces énergies négatives se sont accumulées pendant des générations, ces égrégores sont devenus de véritables poisons, poisons pour l'humanité, poisons pour la terre.

Si nous comprenons ce lien, la parade est évidente: changer notre façon de penser et de vivre. Prendre conscience que nous sommes tous reliés et unis, tous les êtres humains, les autres êtres vivants et la terre. C'est ce que savent et affirment depuis toujours les traditions des peuples de la terre. Ils se sont toujours sentis en union avec la nature, ils savent l'écouter, la respecter, la comprendre.

En définitive et sans que nous le choisissions consciemment, les catastrophes nous obligent à adopter cette attitude de solidarité. De merveilleux élans de générosité sont nés spontanément du plus profond de nous pour venir en aide aux victimes. A ce moment-là, beaucoup ont oublié leurs intérêts particuliers, et sont passés au-delà des différences de culture, de races et de conventions. Nous nous sommes rendus compte que nous sommes l'équipage communautaire d'un même bateau, que notre destin est lié. Peut-être vaudrait-il mieux évoluer en pleine conscience, par un choix de vie, au lieu d'y être acculés par des destructions et des souffrances!

Le mari violent s'est d'abord prostré un moment en se rendant compte de son impuissance. Puis le couple a réalisé que leurs sorts étaient liés. Dorénavant, ils s'écoutent mutuellement et se respectent. Ils entament ensemble la danse de la vie.

Amener la paix dans la nature et l'humanité

Quelle attitude sage pouvons-nous adopter face aux cataclysmes et aux changements planétaires?

Si l'hypothèse du lien entre nos pensées et les cataclysmes est vraie, alors nous détenons la responsabilité de notre destin (voir un développement de cette idée en annexe 2). Si nous avons compris que les manifestations planétaires sont liées à notre façon d'être, alors, nous avons la solution pour éviter les catastrophes: penser et être autrement. L'ère de paix annoncée par les sages amérindiens se définit par le fait que les humains auront cessé de se quereller et de s'agresser.

La technologie respectueuse du vivant

Beaucoup de trouvailles ont été faites pour produire de l'énergie, pour nourrir l'humanité, en respectant la Terre et en favorisant le vivant. Malheureusement, la plupart sont restées secrètes ou ont été enterrées par des achats de brevets et des clauses de confidentialité.

Par exemple, les sources alternatives d'énergies propres qui nous sont présentées concernent les énergies solaires ou éoliennes. Il est rare que soit mentionnée l'énergie "libre", c'est-à-dire puisée dans l'environnement sans besoin de se brancher à un réseau national. Or depuis les découvertes de Tesla au début du 20e siècle, on connait l'existence et on sait exploiter des sources d'énergie et des moteurs basés sur le magnétisme et l'électricité terrestres (pour détails voir le site Quanthomme). Pourquoi de telles solutions bienfaisantes sont-elles détournées, confisquées? Pourquoi ne met-on pas à disposition de l'humanité ce qui est vital pour elle? Il est temps de diffuser ces vérités.

Solidarité et respect pour la vie et pour les autres

Changer sa conscience, c'est d'abord apprendre à écouter. D'abord écouter la nature.

Ressentons comment elle souffre, et inversement comment elle répond à notre bienveillance. Respectons le sol, l'eau, l'atmosphère, les animaux et les plantes. Communiquons avec la nature comme avec une amie. Elle est comme une mère et aussi comme un enfant qui a besoin de soins. Traditionnellement, les amérindiens et autres peuples de la Terre qui ont besoin de couper un arbre lui demandent la permission. S'ils veulent construire un bâtiment, ils demandent à la terre où ils peuvent le faire sans dommage pour elle et pour le plus grand bien de tous. Si elle ne veut pas, ils ne le construisent pas.

Les blancs se gaussent et jugent cela naïf. Ils s'imaginent qu'ils en savent plus par leur science. C'est seulement là leur croyance mue par leur orgueil et leur malaise. Leur science est coupée du cœur, coupée des forces de la nature. Leur orgueil n'est en fait que la manifestation de leur incompréhension. C'est ce type de pensée qui introduit des divisions entre humains. Si inversement nous faisons preuve d'humilité et que nous interrogeons les amérindiens ou d'autres gardiens de la Terre, ils nous apprennent à porter attention aux multiples signes par lesquels répond la Terre, par exemple des signes physiques dans la nature, dans notre corps, ou dans nos rêves. L'expérience leur a montré que si on ignore ces signes, la terre réagit.

Cultivons des pensées d'humilité et de respect. Agir avec des pensées de compréhension et de bienveillance dans notre quotidien, c'est contribuer au nettoyage de la terre et de la conscience collective de l'humanité.

Écoutons et respectons également les autres humains. Prenons conscience que nous sommes tous et toutes les cellules d'un même corps. Nous avons trop tendance à nous critiquer et à nous juger. Aidons à construire un monde sans guerre, sans lutte territoriale ou économique. Mettons en place la coopération, le partage, la générosité.

L'école de l'écoute de soi

Être dans la générosité, l'humilité et l'harmonie, il est facile de le concevoir et d'en faire des discours éloquents, mais souvent difficile à mettre en pratique. Cela semble seulement possible avec les gens que nous apprécions et qui partagent nos idées, mais beaucoup plus difficile avec ceux qui nous nuisent. Comment pouvons-nous nous détacher de nos comportements de critique, de nos idées de lutte pour la vie? Ce genre de croyance est profondément ancré en nous, et il n'est pas facile d'élargir notre vision. Notre comportement extérieur correspond à notre état intérieur. Le non-respect de la Terre et des autres correspond au non-respect de soi-même.

Le moyen d'élever notre conscience est de réfléchir aux causes profondes personnelles de notre comportement égoïste et agressif et d'examiner quels en sont les déclencheurs. On va mettre au jour des appréhensions et des craintes: peur de ne pas être considéré, d'être laissé pour compte, d'être indigne, de ne pas obtenir de reconnaissance, de manquer d'attention, de ne plus compter pour quelqu'un. Peur de manquer d'argent, d'espace. Donc peur de manquer, sous des formes diverses. Il y a aussi la peur d'être détruit, manipulé, violenté ou violé. Dans les conflits et les guerres, que ce soit entre nations ou entre personnes proches, l'agresseur cherche à conquérir ou soumettre l'autre par crainte que ses besoins profonds ne soient pas satisfaits. Les peurs et les luttes sont fondamentalement issues de la notion erronées de séparation et d'isolement.

Les peurs sont fondées sur des incompréhensions et des croyances qui ont été élaborées au cours de la vie, essentiellement dans l'enfance. Il est donc essentiel de d'en libérer. Est-ce possible? Oui, en premier lieu par une prise de conscience, autrement dit par l'observation de soi-même, au cours de laquelle on constate que ces peurs sont à l’œuvre. Cette observation sera honnête et sans concession, mais bienveillante. (voir L'enfant intérieur et le langage des émotions)

C'est un vrai travail sur soi qui peut se faire seul ou accompagné: faire connaissance avec soi, avec ses ressorts psychologiques profonds, son enfant intérieur; guérir ses blessures, reconnaitre sa propre valeur et sa richesse intérieure.

Nous découvrons que le monde que nous vivons au quotidien est le reflet de ce que nous sommes (voir Ma vie, miroir de mes pensées et émotions). Les autres personnes reflètent des parties de nous-mêmes. Être coupé de la nature, de l'abondance, de la beauté, de la sagesse, de l'amour, vient d'une coupure en soi et avec soi. Il est certaines parties de nous que nous rejetons et ne voulons pas voir. Il est bénéfique de prendre conscience de nos conflits intérieurs, de notre cloisonnement intérieur et faire la paix à l'intérieur de soi.

Faire la paix dans le monde, faire la paix avec la nature, c'est d'abord faire la paix en soi. S'unifier aux autres et à la terre, c'est d'abord s'unifier à soi-même.

Ne cédez pas à la peur, restez centrés

Le spectacle des cataclysmes peut soulever en nous la peur d'en être victimes et un sentiment d'injustice et de révolte contre tant de souffrances et de détresse. Il est conseillé de ne pas se laisser emporter par ces émotions, de les observer et de rester centré. On peut agir pour les victimes avec sérénité et bienveillance.

C'est apprendre à être dans ce qu'on appelle le détachement ou le lâcher-prise. Être détaché, ce n'est pas être indifférent ou insensible. Ce n'est pas non plus se débarrasser de ses biens et de ce qui fait la douceur de notre vie. C'est seulement accepter que la vie ne se déroule pas selon notre volonté et qu'elle a sa logique propre. Dans son développement ultime, le lâcher-prise, c'est accepter de se séparer de ce qui fait notre confort, notre identité et notre sécurité (biens, parents, pays, etc), si la situation l'exige. Cela revient à agir pleinement dans le moment présent, certes avec des intentions et des envies pour le futur, mais en étant prêt à les abandonner au besoin. J'agis dans la justesse pour aujourd'hui. Je vis dans le moment présent en faisant ma part de ce jour.

Il s'ensuit que je ne considère pas les prophéties comme une vérité absolue, mais seulement comme un moyen de réflexion et de mise en garde. Elles représentent une idée du futur, mais l'essentiel est ma propre perception du présent (voir ci-dessous, annexe 1). Que savons-nous du futur? Même les prophéties ne peuvent pas le préciser, car nous sommes les artisans de notre futur. Nous l'inventons et nous l'écrivons de jour en jour.

Sommes-nous prêts à transformer nos propres sentiments de manque, de dépendance et nos ressentiments? Sommes-nous prêts à inventer notre monde le plus merveilleux possible, fait de beauté, d'harmonie, de solidarité, d'abondance, de compréhension, de grandeur, de créativité, d'humilité? Sommes-nous prêts à lâcher prise et à recueillir le bien-être et la joie?

La femme qui se sent aimée et respectée s'abandonne et s'ouvre totalement à son compagnon. Du plus profond d'elle-même, elle laisse exhaler des parfums insoupçonnés. Que nous offrira la Terre quand nous saurons l'aimer?

* * *

culottes

Une preuve irréfutable du réchauffement climatique
Merci à Histoire du costume

Recommandez cet article à vos contacts
avec Google +1
 ou Facebook 

ANNEXE 1: Quelle confiance accorder aux prophéties?

Il est de bon ton de rigoler des prophéties. Ce ne serait que superstitions issues de cerveaux primitifs qui ont besoin de se rassurer en s'inventant des histoires. Et de citer le nombre de fois où des événements annoncés par des prophéties n'ont pas été réalisés. N'est-ce pas juger un peu vite? À propos, quelle est la pensée qui se trouve derrière ce jugement? À nouveau l'idée de supériorité et de division entre personnes. Mais également une certaine représentation tout à fait erronée de ce que serait une prophétie: un programme solidement établi et immuable qui se déroulerait de façon précise. Autrement dit on juge ceux qui prophétisent en leur attribuant nos propres modèles de pensée. C'est éviter de les interroger pour examiner comment ça fonctionne et les comprendre. Je vous invite à le faire. Alors vous découvrirez peut-être ceci:

Un médium reçoit des informations sous des formes très variées (images, sons, idées, sensations physiques, etc.), données qui sont liées au moment où il les perçoit. Ce sont des informations du présent. Le futur en est le déploiement si rien ne change dans le comportement et dans la façon d'être des personnes. Car il est sans cesse répété ceci: vous avez le libre arbitre, vous avez le choix de ce que vous êtes, vous êtes libres, vous êtes maitres de votre destin.

La description des événements du futur est comparable à la description du projet de construction d'un architecte. Il a un plan de réalisation, il sait ce qu'il veut construire. Il a imaginé un calendrier d'après les données qu'il détient (nombre d'ouvriers, machines employées, etc.). Or le calendrier, comme le projet lui-même, vont peut-être subir des modifications. Si les ouvriers font grève, s'ils travaillent plus vite que prévu, si de nouveaux renforts se présentent, si le terrain révèle des difficultés inattendues. Mais aussi, si la réalisation de la construction fait naitre des idées encore plus formidables. On avait prévu telle pièce, or sur le terrain, il se révèle qu'avec la lumière et l'espace, il serait mieux d'en ajouter une autre, etc. Il se peut que des solutions nouvelles émergent, donnant une vision renouvelée du projet pour le rendre encore plus magnifique, avec des buts qui n'étaient pas envisagés au départ. Voilà pourquoi les visions prophétiques peuvent changer.

Toutefois, certains rendez-vous sont prévus et incontournables. Il est nécessaire qu'ils aient lieu pour faire le point, à la manière des réunions de chantier. Encore y a-t-il toujours une possibilité de modifier la date. Ainsi, le calendrier Maya laisse supposer que l'essentiel des purifications ont eu lieu avant 2013. Il semble que c'est de leur enclenchement qui a eu lieu dans cette période, et qu'elles se poursuivent rapidement, afin de laisser place à une nouvelle ère où tout sera à construire.

ANNEXE 2: Choisir entre destruction planétaire ou éveil spirituel

Nous avons le choix: rester dans la violence et la prostration ou être dans l'écoute de soi et des autres. C'est ce que disait l'instructeur de M.L. Young dans les entretiens qu'elle rapporte dans son livre A journey to the stars.

Le monde en tant que communauté peut demeurer un corps peu intégré et non viable ou il peut devenir une communauté unifiée et promise au succès. La communauté mondiale a le choix. Elle a le pouvoir de manifester une dévastation planétaire gigantesque, détruisant la plus grande partie de la vie terrestre dans la foulée. La communauté mondiale détient également le pouvoir de manifester une réalité différente de façon créative, une réalité d'éveil spirituel, chacun selon sa vision propre. Donc, lequel choisira-t-elle?

[...] Tandis que les semences du nouvel éveil ou mutation de conscience éclosent et commencent à pousser partout dans le monde, la soif prédominante de l'homme est néanmoins toujours orientée vers une conduite guerrière agressive. Cette prédisposition vers l'agressivité épuise et détériore le corps de la Terre aussi sûrement que si des sangsues suçaient son sang. La planète, sur les plans physique et éthérique, ne peut pas supporter cette saignée constante sans décliner dans une dépression de plus en plus profonde.

La réaction pour surmonter cette dépression et se débarrasser de cette douleur terrible, peut provoquer des changements physiques gigantesques impliquant tous les aspects de la Terre physique. [...] C'est à la Terre de choisir. L'avènement d'un monde spirituellement accordé peut se produire avec ou sans ces changements physiques qui se forment en réponse à l'indifférence et la négativité humaines.

Si l'homme veut bien renverser la vapeur et s'éloigner de la destruction physique de la planète, alors la communauté mondiale dont je parle aura de lourdes responsabilités. Elle doit comprendre son pouvoir en tant que groupe. Elle doit apprendre à être un corps qui gouverne de façon avisée. Elle doit apprendre à diriger l'orchestre de façon égale pour le bénéfice de tous. Elle doit apprendre en fait à utiliser sa puissance personnelle à sa façon. Elle doit trouver et utiliser sa puissance de groupe et sa connexion de groupe à l'univers. [...] Tous les systèmes de puissance communautaire se fondront en un corps fonctionnel et opérationnel d'énergie totale. Plus tôt l'individu deviendra conscient de sa responsabilité envers lui-même et envers la communauté, plus tôt les guerres et les pensées agressives vont cesser.

A journey to the stars
Meredith Lady Young

ANNEXE 3: L'ionosphère, lien entre nos pensées et les bouleversements terrestres. Une tentative d'explication scientifique

Concevoir un lien entre nos pensées et les mouvements de la nature est plutôt révolutionnaire. Pourtant, un mécanisme physique assez simple a été proposé pour l'expliquer. Si nous nous rappelons qu'à notre échelle, la matière se manifeste par ses forces électriques (forces chimiques, forces de frottement, forces de contact, etc. sont des expressions des forces électriques), on peut facilement concevoir que les communications entre les différentes formes de la matière transitent par l'électricité. Nos cellules sont de petits oscillateurs électriques qui émettent des ondes électromagnétiques. Ceci est particulièrement important dans le cas des cellules du cerveau. Les ondes cérébrales sont bien connues et à l'origine du développement des examens par électroencéphalogramme (EEG), mot qui signifie: tracé (-gramme) de l'onde électrique (électro-) du cerveau (encéphalo-) (voir aussi l'article sur l'ADN électrique).

L'instructeur de M.L. Young explique comment les ondes agissent sur l'ionosphère:

La négativité, sous la forme des schémas de pensée individuelle amplifiés des milliards de fois, est capable de créer un déséquilibre physique dans la structure moléculaire de l'ionosphère, causant un abaissement de sa densité de masse. Une ionosphère affaiblie permet à une pression de l'espace extérieur de s'exercer plus fortement sur la surface de la Terre, augmentant considérablement les tiraillements gravitationnels déjà éprouvés par la Terre. Cet ajout de tension par l'atmosphère peut créer une pression de plus en plus forte vers le centre de la Terre. En définitive, cette pression vers le cœur de la Terre devient suffisamment forte pour déformer la croûte extérieure de la planète, provoquant un effondrement vers l'intérieur.

Si l'on accepte le fait que les schémas de pensée sont la base réelle de la communication et que les pensées ont la même puissance que les mots, alors c'est ce qui est projeté sous forme d'onde de pensée aussi bien que de mots, dans les esprits et les cœurs de la population mondiale, qui est le facteur déterminant de la croissance ou de la décroissance de la densité de l'ionosphère. Ceci se produit parce que les ondes de pensée colorent leur contrepartie moléculaire dans l'ionosphère par un transfert d'énergie. Ces transferts énergétiques chargent l'ionosphère positivement ou négativement. Parce que cette couche de l'atmosphère terrestre est tellement sensible au renvoi énergétique de la planète, elle est un indicateur très précis de la prédisposition submergeante du mental sur la Terre. L'ionosphère existe en tant qu'aura de la Terre...

L'ionosphère est la couche de l'atmosphère qui existe au-dessus de la stratosphère, commençant environ à 100 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre et s'étendant sur plusieurs centaines de kilomètres dans l'espace. Elle forme une barrière protectrice autour de la Terre, préservant l'équilibre et l'intensité avec laquelle la matière est attirée vers la surface terrestre, et protégeant la Terre en filtrant les excès de chaleur, les radiations et les nombreuses toxines. La Terre fonctionne tranquillement aussi longtemps que prévalent ces conditions atmosphériques nourrissantes. La destruction de ce bouclier protecteur par les explosions nucléaires ou autres moyens mécaniques semblables, ou par la négativité qui s'accumule de façon implacable et accablante, peut provoquer la fin de l'ionosphère et ainsi de la Planète Terre sous la forme que connaissez.

A journey to the stars
Meredith Lady Young


En savoir plus

Articles dans ce site

Articles sur internet

Ouvrages sur papier







3 janvier 2007 - Révisé le 3 février 2014