Les  codes géométriques et sonores de l'Être humain

Une vision nouvelle de l'évolution

Alain Boudet

Dr en Sciences Physiques, Thérapeute, Enseignant

Résumé: Les corps énergétiques de l'être humain sont régis par des champs d'information qui englobent l'organisme. Ces champs transmettent des schémas directeurs inscrits dans des plans supérieurs de réalité, qui se manifestent sous forme géométrique ou sonore. Mais ceux-ci ont été faussés par le passé. L'humanité est dans le processus délicat où elle retrouve ses codes d'origine. Cela ne va pas sans heurts et sans épreuves, qui sont autant d'incitations à retrouver de nouvelles formes de responsabilité et de sagesse.

Contenu


Annexes


Observez le déroulement de votre vie. Observez comment vous avez évolué, comment vous avez gagné en expérience. Il semble que nous soyons programmés pour croitre, apprendre à subvenir à nos besoins, gagner en maturité émotionnelle, élever notre conscience, donner un sens à notre vie, même si parfois nous ne le percevons pas (voir article Le sens de la vie). Pendant ce temps, notre corps grandit lui-aussi, et assure son entretien. Lorsqu'il a été blessé, il se répare. Lorsqu'il ne reçoit pas suffisamment de soins, il nous le dit par des douleurs et des maladies.

Si nous contemplons tous ces processus, ils paraissent merveilleux et d'une grande ingéniosité. Mais qu'est-ce qui est à l'origine de cette merveille? Qu'est-ce qui assure ce fonctionnement, maintient l'intégrité du corps et guide l'enfant vers la conscience de l'adulte avisé? Quelle est cette intelligence? De quelle nature est-elle?

Selon les scientifiques, l'intelligence qui gouverne notre corps s'identifie "simplement" au code génétique de l'ADN (voir ADN et code génétique). Ce code piloterait tous les aspects de la vie.

Mais même si nous admettons la toute puissance de ce code génétique, comment, par qui ce code se serait-il établi? N'est-ce pas retomber sur la même question de l'existence d'une intelligence? Non, répondent les scientifiques. Ce sont les rencontres aléatoires et les phénomènes de sélection qui ont peu à peu laissé émerger des molécules d'ADN. Puis, selon les mêmes lois du hasard, ces molécules se seraient répliquées, auraient constitué des cellules, inventé les bactéries, puis les plantes et les animaux. L'ADN aurait trouvé le moyen d'inscrire tous les bénéfices de ces nouvelles constructions en terme de code génétique. Et enfin, de ces rencontres hasardeuses, aurait émergé l'être humain, la conscience de soi, et l'impulsion à devenir plus fort et plus sage (voir les détails dans l'article Les origines de la vie).

Beaucoup de personnes ne peuvent se contenter d'une telle explication et ont le sentiment prégnant d'un plan, d'une intention, qui ne doit rien au hasard. Cherchant une réponse à ce dilemme, elles se tournent vers les religions. Mais la seule réponse des religions est que tout a été créé par Dieu. Aucune description n'en est donné, aucune explication sur le phénomène de croissance et reproduction. Pourquoi, si tout est créé par Dieu, les formes de vie ne seraient-elles pas immortelles et immuables? Les enseignements religieux sont peut-être des images simplifiées données à l'humanité par le passé en fonction de ce qu'elle était capable de percevoir. De plus ces connaissances auraient été dégradées, on en aurait perdu le sens.

Mais les temps changent et l'humanité aussi. Nous avons abandonné l'idée que nous étions des éléments séparés les uns des autres. Nous avons intégré le fait que nous sommes des parties de systèmes qui fonctionnent de façon globale et que toute action d'un élément réagit sur l'ensemble de la communauté et de l'univers. Nous disposons de nouvelles approches scientifiques en électromagnétisme avec la notion de champs qui remplissent l'espace, en thermodynamique avec sa théorie de l'ordre, en physique quantique avec les particules corrélées (voir article Les fondements de la physique quantique), en informatique avec la notion de programmes, en télécommunications et transferts d'information, en astrophysique avec la vision de mondes en perpétuels mouvements.

En conséquence, il est grandement temps de restituer une interprétation du fonctionnement de la vie qui s'appuie sur ces connaissances scientifiques, mais aussi sur les textes anciens qui décrivaient ces fonctionnements avec leurs propres terminologies que nous pouvons relire avec une nouvelle conscience et une nouvelle compréhension.

Nous découvrons que la création est gouvernée par des lois complexes, une sorte de science supérieure qui procède par des codes d'information. On peut en avoir une image rudimentaire en les comparant à des programmes informatiques qui seraient activés à certains moments adéquats. Mais contrairement à ceux-ci, les codes supérieurs de la création n'ont rien de rigide. Ce sont des codes vivants et divins.

Un survol des connaissances scientifiques et spirituelles à ce sujet va nous en convaincre.

Les champs d'information qui pilotent les organismes

Nous sommes conditionnés par nos enseignements scolaire, périscolaire et médiatique à considérer que notre corps fonctionne comme un récipient plein d'eau et de substances chimiques qui réagissent et s'auto-organisent en fonction des influences de l'environnement. Les émotions et les pensées seraient aussi le fruit de ces réactions chimiques, par le biais des hormones. Bien que les découvertes scientifiques à ce sujet nous apportent des éléments intéressants, elles restent interprétées dans un cadre limité où le corps et l'esprit sont réduits à un jeu de molécules, donc de substance matérielle, qui se rencontrent et se transforment.

Pourtant, même dans le cadre de la physique classique, les physiciens savent depuis longtemps que les molécules sont constituées de particules électriques en mouvement, qui, selon les lois classiques de l'électromagnétisme, émettent des champs électromagnétiques. Pour comprendre notre corps et notre développement, il est nécessaire de prendre ces champs en compte.

C'est ce qu'ont fait une lignée de chercheurs principalement allemands et russes (Gurwitsch, Kaznacheev, Gariaev, Inaba, Popp, et d'autres). Ils ont mis en évidence l'existence d'un champ photonique qui baigne le corps des organismes vivants. Un photon est une particule d'une onde électromagnétique, par exemple une particule de lumière (voir article Les fondements de la physique quantique). Ils ont aussi déterminé que ce champ transporte des informations qui sont distribuées à l'ensemble des cellules (voir article ADN électromagnétique et communication entre cellules).

En effet, pour se développer de façon contrôlée et non anarchique, les cellules doivent recevoir des instructions. Ainsi, au cours du processus de croissance de l'embryon dans l'utérus, les premières cellules issues de la fécondation se multiplient, puis elles se différencient en cellules de peau, d’œil, d'os ou de cœur (voir article Préparation à la naissance). Alors comment savent-elles à quel organe ou tissu elles appartiennent? Comment sont-elles averties qu'il est temps de cesser de se multiplier lorsque l'organe est complètement formé? Comment sont-elles synchronisées et coordonnées avec les autres cellules partout dans le corps?

La réponse se trouve dans le champ photonique. Il véhicule les instructions qui doivent être délivrées aux cellules. La transmission est immédiate et simultanée pour l'ensemble des cellules concernées, car le champ a la propriété d'être un hologramme. (pour plus de détails, voir ADN électromagnétique et communication entre cellules)

Le chercheur russe Peter Gariaev a montré que le code génétique des organismes n'est pas localisé sur la molécule d'ADN dans son aspect physique. Les codes sont inscrits dans le champ électromagnétique qui l'entoure et qui est en étroite association avec la molécule. Il en a fait la preuve en réalisant l'expérience époustouflante de lire le code génétique électromagnétique d'un œuf de grenouille avec un rayon laser spécial et de le transmettre à un autre œuf, celui d'une salamandre. Les œufs de salamandre ont donné naissance à des grenouilles !!!

Bien que ce genre de résultats suscite des interrogations sur l'usage qui peut être fait de cette technologie, ils démontrent clairement que dans les organismes vivants et dans l'être humain en particulier, les codes directeurs de leur développement et de leur fonctionnement sont inscrits dans les champs électromagnétiques associés à l'ADN. Ces codes sont véhiculés par le champ biophotonique global de l'organisme.

Le champ électromagnétique qui pilote l'assemblage de l'ADN

Une autre preuve scientifique de la réalité de ces champs nous est fournie par les expériences du professeur Luc Montagnier sur l'ADN. Au moment de la synthèse de l'ADN dans les cellules, les morceaux élémentaires de l'ADN, les bases azotées, s'assemblent les uns derrière les autres selon un plan précis. Cela se passe de la façon suivante: dans la molécule d'ADN, faite de 2 brins enroulés en hélice l'un autour de l'autre, les deux brins se séparent, et chacun d'eux devient le moule pour l'assemblage d'un autre brin (voir article ADN et code génétique). Luc Montagnier a montré qu'il existe une autre façon de guider l'assemblage sans passer par le moule. La synthèse peut être pilotée par un champ d'information électromagnétique, qui est spécifique de l'ADN en question.

L. Montagnier est connu pour avoir découvert le virus responsable du SIDA en 1983. Il a reçu pour cela le prix Nobel de médecine en 2008. Dans ses nouvelles expériences sur les champs d'information, il a d'abord constaté que des cellules et des virus pouvaient dans certaines conditions émettre des signaux électromagnétiques. C'est ce qu'avait déjà conclu bien avant lui le professeur Jacques Benveniste (médecin et immunologiste français, 1935 - 2004), dont il a repris les techniques en les améliorant (voir dans l'article Matière et rayonnements la section La mise à l'écart du Professeur Benveniste).

Avec son équipe, Montagnier a mesuré et enregistré les signaux électromagnétiques émis par l'ADN de cellules bactériennes ou de virus mis en solution. Les résultats montrent que les signaux sont présents pour des dilutions élevées des molécules d'ADN dans l'eau. Puis, il a transféré le signal de l'ADN dans un second tube placé à côté du premier. Si dans le deuxième tube, il a auparavant ajouté les constituants de l'ADN selon un protocole adéquat, des molécules d'ADN sont reconstituées au bout de quelques heures, reproduisant à 98% l'ADN initial. Les détails expérimentaux de ces expériences sont décrits dans l'article ADN électromagnétique.

Dans cette expérience, le plan d'assemblage de l'ADN a été fourni par sa signature électromagnétique, sans qu'on ait fait appel à un moule moléculaire. Malgré l'absence de moule, les réactions chimiques ne se sont pas faites au hasard des rencontres. Elles ont été pilotées par des codes électromagnétiques. Dans ce cas, la théorie du hasard s'effondre.

Alors pourquoi ce qui est valable pour l'ADN ne serait-il pas à l'œuvre également dans d'autres réactions chimiques de la vie? Celles-ci pourraient être guidées par des informations codées inscrites dans des champs d'information. Cela donnerait des perspectives nouvelles sur notre façon d'envisager les mécanismes chimiques de la vie, en particulier sur les scénarios d'apparition de la vie sur Terre (voir aussi Les origines de la vie).

Les champs d'information appartiennent à des niveaux supérieurs de réalité

Les codes directeurs de la synthèse de l'ADN appartiennent à la réalité des champs électromagnétiques, située à un niveau supérieur à celle des molécules organiques qu'ils pilotent.

Pour mieux comprendre le lien entre ces deux niveaux, comparons-le au lien existant entre les plans de construction d'une maison et la réalisation concrète de la maison. Le plan de la maison constitue le schéma directeur de la construction. Sans l'existence de ce schéma abstrait qui les organise, les matériaux (briques, poutres, carrelage, fils électriques...) ne seraient qu’amoncelés. Le plan leur donne une structure et une hiérarchie interne. Le plan n'est pas seulement dessiné sur un papier, il transparait et vit dans la structure de la maison.

On peut aller plus loin dans cet exemple en observant qu'il y a toute une hiérarchie de plans superposés. Pour élaborer son plan, l'architecte l'affiche sur l'écran d'un ordinateur. Mais cette figure affichée sur l'écran a été calculée par l'ordinateur au moyen de programmes. Nous pouvons donc distinguer le niveau abstrait de ces programmes qui résident dans l'ordinateur, et le niveau plus concret, car perceptible par nos sens, de la manifestation sur l'écran.On a donc 3 niveaux: programmes, dessin, et maison réelle.

Ce n'est pas tout. Les programmes constituent un logiciel qui a été élaboré par un fabriquant en fonction de règles d'architecture précises qui s'appliquent à toutes les constructions. Le plan de la maison destinée à la famille F obéit à des principes valables pour toutes les maisons. Le sol est en bas et le toit en haut, par exemple, selon les lois de la gravité. Toutes les maisons ont des fenêtres qui laissent pénétrer la lumière. Le toit est étanche pour protéger de la pluie. Une porte permet les mouvements des habitants pour entrer et sortir, etc.

Ainsi, au-dessus du niveau du plan de la maison personnalisée se situe un ensemble de principes directeurs plus généraux, plus abstraits, de protection, lumière, mouvement, alimentation, hygiène, etc. Il existe donc plusieurs niveaux échelonnés selon une hiérarchie, dont le plus dense est la manifestation matérielle, la maison.

Il en est de même pour les corps de la nature, de l'univers et pour le corps humain. Ils sont la manifestation concrète de plans à des niveaux plus abstraits. Le plan immédiatement supérieur se laisse deviner dans les trames géométriques et structurelles de ces corps (voir article Aspects géométriques et sonores de l'univers). Il reçoit lui-même les impulsions de niveaux supérieurs où sont inscrits les principes et les lois générales.

Ces principes sont les archétypes de la création. Ils ne sont pas détectables par les appareils scientifiques ordinaires, mais plusieurs traditions décrivent ces archétypes et comment ils dirigent les manifestations matérielles dans les niveaux plus denses.

Selon la philosophie indienne du Samkhya, les manifestations matérielles ou effets réels préexistent sous forme de cause potentielle. La cause potentielle, nommée Purusha, est le principe premier du Samkhya. Elle n'est pas traduite directement dans la matière. Elle se différencie auparavant dans un niveau intermédiaire sous la forme de Prakriti. La prakriti contient les schémas directeurs sur lesquels se calque la matière. Ces schémas sont individualisés par leur mélange en proportions variables de 3 principes, les gunas. Les gunas sont en mouvement perpétuel, de sorte que les objets physiques qu'elles produisent sont en perpétuelle transformation.

L'idée de niveaux supérieurs où seraient déposés les principes directeurs du monde est aussi défendue par certains scientifiques. Dans son ouvrage Science, order and creativity en collaboration avec D. Peat, le physicien David Bohm (physicien étasunien, 1917 - 1992) introduit la notion d'opération créative de niveaux de réalité sous-jacents. Il énonce que des plans de création plus profonds détiennent le canevas de ce qui se passe dans le monde. Le monde physique serait issu de ces niveaux subtils.

Les schémas directeurs donnent un sens à la création. Ils ne sont pas quelconques. Ils sont l'expression d'une intention. De même que la structure d'une maison exprime le style de vie de ses habitants et leur relation avec l'environnement, de même la trame directrice des créations de l'univers leur donne une orientation de vie spécifique, qu'elles soient un minéral, une plante, un humain, une planète ou une galaxie. C'est le principe de "vie" de cette forme (le mot principe signifie qui vient en premier).

Si nous revenons à l'ADN humain, les archétypes de l'être humain sont transmis par ses codes électromagnétiques à un premier niveau, qui eux-mêmes sont l'expression de codes de niveaux plus élevés. Nosu allons explorer cette notion, en commençant par donner une vision plus imagée de ce que sont ces niveaux supérieurs. Certaines personnes clairvoyantes ont la faculté de voyager en conscience dans ces niveaux. Les récits de leurs rencontres avec ces réalités nous ouvrent de nouveaux espaces de compréhension.

Les pensées humaines ont des contreparties dans des plans supérieurs

Des clairvoyants rapportent que toute manifestation physique ou émotionnelle comporte une contrepartie dans des niveaux supérieurs, sous forme d'archétypes abstraits. Certes, tout ce qu'ils rapportent n'est pas vérité absolue. Les mondes supérieurs sont multiples et nos visions médiumniques sont fréquemment en rapport avec nos états émotionnels. Toutefois, ceux qui ont dépassé les peurs et leurs besoins de pouvoir et de reconnaissance (il est donné à chacun d'entre nous d'évoluer vers cet état - voir article L'enfant intérieur et le langage des émotions) peuvent pénétrer plus loin dans l'expérience en développant une vision spirituelle et rapporter des éléments forts intéressants sur les mondes supérieurs ou suprasensibles. (voir article Chakras et corps subtils sur les dimensions subtiles de l'être et des mondes)

Voici par exemple ce qu'écrit le philosophe et visionnaire autrichien Rudolf Steiner (1861 - 1925) dans Théosophie (plusieurs éditions entre 1910 et 1922).

Le milieu où se trouve l'homme qui apprend à se servir de son œil spirituel lui apparait comme un monde nouveau rempli de pensées vivantes ou d'êtres spirituels. Dans ce monde on trouve en premier lieu les archétypes de tous les objets et de tous les êtres qui sont dans le monde physique et dans le monde psychique... Qu'on se représente l'œuvre d'un peintre telle qu'elle est présente dans son esprit avant qu'il la peigne, et l'on se fera une idée de ce que nous entendons ici par archétype. Peu importe qu'il ne la conçoive complètement qu'au fur et à mesure de sa réalisation. Dans le véritable "monde de l'esprit", il existe de semblables archétypes de tous les objets; les êtres et les choses physiques ne sont que les répliques de ces originaux... Chaque archétype a la possibilité de revêtir d'innombrables formes particulières. Celles-ci jaillissent de lui en quelque sorte; et dès que l'une a été engendrée, l'archétype se met à en créer une nouvelle.

Steiner explique très clairement que les archétypes peuvent se manifester à la perception spirituelle sous forme d'images ou sous forme de sons: Dès que le clairvoyant s'élève du monde des âmes à celui de l'esprit, les archétypes visibles deviennent en même temps sonores. Ce "son" dont il s'agit ici est un phénomène purement spirituel. L'observateur se sent baigné dans une mer de sonorités dans lesquelles s'expriment les entités du monde spirituel. Dans leurs consonances, harmonies, rythmes, mélodies, s'expriment les lois originelles de l'existence de ces entités, leurs rapports réciproques, leurs affinités. Tout ce que l'entendement humain perçoit sous forme de loi, d'idée, se révèle à l' "oreille spirituelle" comme une musique spirituelle.

Les sons et les musiques existent à différents niveaux. À des niveaux élevés, ils sont transformés en langage spirituel. Les Noms divins et les lettres sacrées y dévoilent leurs vibrations propres, sources de création dans les plans plus matériels.

Les géométries des corps subtils

Pour les clair-voyants, les archétypes des êtres humains sont perceptibles dans leurs corps subtils appelés aussi corps énergétiques. Ces corps enveloppent le corps physique et s'y imbriquent. Ils sont trop subtils pour être détectés par les appareils scientifiques faits de matière dense, mais il est donné à chacun d'apprendre à les ressentir. Les textes traditionnels des civilisations anciennes fournissent des renseignements détaillés à leur sujet, particulièrement les traditions védiques et hébraïques. Cette connaissance était répandue également à des degrés divers dans d'autres civilisations, par exemple la civilisation maya et même la tradition chrétienne des origines (voir article Chakras et corps subtils).

Les corps subtils sont parcourus par un réseau de circuits énergétiques, bien connu des acuponcteurs et des experts en médecine chinoise. Ces circuits subtils constituent les armatures internes vivantes du corps humain. C'est dans la texture de ces réseaux que sont logés des schémas géométriques complexes, qui contiennent les codes de création et de développement de l'être humain dans toutes ses dimensions: physiques, psychologiques, mentales et spirituelles.

Le caducée

Selon la tradition védique, le réseau énergétique du corps humain est charpenté par un canal central appelé la sushumna. Il traverse et relie les centres d'énergie (ou chakras) majeurs. La sushumna est accompagnée de deux autres canaux (pingala et ida) qui montent autour d'elle en s'enroulant en spirale. À eux trois, ces canaux forment une figure caractéristique qui ressemble à un bâton sur lequel s'enroule deux serpents, qui était l'emblème du dieu Hermès. (voir Spirale, mouvement de vie)

Lorsque l'individu développe sa puissance spirituelle, l'énergie monte le long de la colonne vertébrale et s'épanouit au sommet de la tête en deux ailes. Cette figure qui représente l'être couronné dans sa splendeur est le symbole connu sous le nom de caducée.

caducée arbre des séphiroth
Le caducée, composé de 3 canaux d'énergie qui montent le long de la colonne vertébrale et s'épanouissent au sommet de la tête
Merci à Neoconscience
Une représentation de
l'arbre des séphiroth
Merci à Prosveta

L'arbre de vie

L'arbre de vie a été décrit dans les traités kabbalistiques Hekhalot des 5e et 6e siècles, issus du livre d'Ézéchiel. Sa géométrie est plus complexe que celle du caducée avec lequel il partage l'axe central. Il est constitué de 10 centres énergétiques nommés des séphiroth (au singulier séphira), de sorte qu'on le désigne aussi par arbre des séphiroth.

Les séphiroth sont reliées par 3 lignes verticales qui les regroupent en 3 colonnes ou piliers. Les deux piliers latéraux, représentant le Jugement et la Miséricorde, sont équilibrés par le pilier central représentant la Compassion. Les lignes horizontales regroupent les séphiroth en trois régions qui épousent les parties du corps humain (tête, thorax et bassin).

Bien que figuré graphiquement sur un plan frontal étalé en haut et en bas ainsi qu'à gauche et à droite, l'arbre se déploie aussi en volume devant et derrière.

L'Adam Kadmon

L'arbre de Vie contient le programme archétypal du plan d'existence de l'être humain et de son évolution spirituelle. Le prototype de l'être humain est appelé l'Adam Kadmon, ou encore en hébreu Adam Ha-Ḳadmoni ou Adam Kadmon le-khol ha-kedumim, ce qui signifie être primordial, être originel. C'est l'être humain tel qu'il a été conçu par la divinité dans sa pureté d'origine.

Dans ses écrits visionnaires, l’abbesse bénédictine rhénane Hildegarde von Bingen (1098-1179) a décrit l'Adam Kadmon, qui est à la fois l'homme d'origine et aussi l'homme accompli en lien direct avec le divin. Les miniatures qui illustrent ses textes représentent cet homme imbriqué géométriquement dans des cercles et des rectangles.

L'enseignement concernant la signification de l'Adam Kadmon figure aussi dans un traité kabbalistique du 13e siècle, le Sod Yedi'at ha-Meẓi'ut. L'Adam Kadmon y est figuré par une forme d'apparence humaine, structurée par l'arbre de vie. Le traité dit que le corps d'Adam Kadmon fut créé quand la lumière supérieure ou Ain-Soph émit un jet de lumière qui devint la série de sphères concentriques que sont les Sephiroth. Il était constitué à l'image et la similitude de Dieu. Adam Kadmon représente la géométrie sacrée divine, fondatrice du corps de tous les hommes et de toutes les femmes.

Adam Kadmon
L'Adam Kadmon et l'arbre des séphiroth Merkabah
L'Adam Kadmon en lien avec Dieu et l'univers.
Miniature de Hildegarde de Bingen,
dans Liber divinorum operum Codex latinus, vers 1230, Lucques, Bibliothèque d'Etat (vision 2, fol. 6)
Merci à Images re-vues
Une représentation symbolique de l'Adam Kadmon
extrait de Qabbalah, Isaac Myer, 1888
Une représentation de la merkabah

Dans notre état de vie ordinaire, l'Adam Kadmon est atrophié, ratatiné, et réduit à l'état de Adam Ha Rishon (le premier homme). Il retrouve sa nature intégrale tel qu'il a été émané de l'Ain Soph quand l'arbre de vie est à nouveau pleinement actif et rayonnant comme résultat d'une intense évolution spirituelle.

La Merkabah

Selon les traités kabbalistes Hekhalot (L'œuvre du Char ou Ma'aseh Merkabah), l'arbre de vie arrivé à sa pleine maturation se transforme en un corps de lumière, la merkabah. La merkabah se présente sous forme d'une géométrie de polyèdres étoilés, qui comporte des pointes en nombre variable. La géométrie la plus connue est le double tétraèdre composé d'un tétraèdre pointé vers le bas, lié à la Terre, au féminin, et d'un autre pointé vers le haut, lié au ciel et au masculin.

La présence de la merkabah est la marque et le fruit de la réalisation spirituelle. Elle entoure, illumine et transforme l'âme de la personne. Par ce véhicule céleste, la personne accède à la Vérité et à la splendeur divine.

Programmes géométriques et sonores

Pour préciser comment des géométries peuvent être encodées dans des niveaux supérieurs, donnons l'image d'un téléviseur qui diffuse des images et des sons. Ces images et ces sons sont encodés, souvent sous forme numérique, dans les ondes électromagnétiques reçues par le téléviseur. Comprenons que les codes ne sont pas eux-mêmes de nature électromagnétique, l'onde n'est que la "substance" qui les porte. Par exemple, si nous traçons un nom dans du sable avec des lettres, les lettres sont indépendantes du sable. Nous pourrions les lire de la même façon si elle étaient gravées dans du bois. Le sable ou le bois ne sont que le support qui les rend manifestes. De la même façon, les codes du téléviseur ne sont ni des images ni des sons, mais des signaux abstraits encodés dans l'onde. Ils se manifestent en images et sons lorsqu'ils sont décodés sur un niveau plus matériel.

Les codes directeurs humains fonctionnent selon le même principe. Ils existent de façon abstraite à des niveaux supérieurs et prennent l'aspect de géométrie dans les plans qui nous sont perceptibles. De la même façon que des lettres peuvent apparaitre dans du sable, du bois, sur du papier ou en projections lumineuses, de même les codes abstraits humains peuvent tout aussi bien s'exprimer avec différents supports. Ce sont des géométries ou bien des sons. Dans l'article Aspects géométriques et sonores de l'univers, nous avons montré comment les sons peuvent créer des formes. Sons et formes sont deux manifestations possibles de schémas qui sont codés de façon indifférenciée à des niveaux supérieurs.

Plus généralement, les plans supérieurs comportent plusieurs niveaux de différentiation. Au niveau le plus élevé, se trouvent les principes généraux, les lois universelles; dans les niveaux intermédiaires, les finalités et les impulsions; dans les niveaux les plus bas, proches de la manifestation physique, les archétypes des forces de vie, des émotions, des formes.

Les codes de notre développement sont inscrits dans les niveaux supérieurs de nos corps subtils, où ils agissent comme un programme potentiel. Les différentes étapes de ce programme se manifestent au moment voulu.

Nous pourrions penser que nous sommes arrivés à la fin de notre étude. Pas du tout, car le plus important reste à venir. Une histoire théâtrale s'y greffe, et à cause de cette histoire, nous devons comprendre que la pleine réalisation de notre potentiel ne peut être activée qu'à la suite d'un travail spirituel personnel.

C'est notre histoire, celle de la perte et de la restauration de nos codes divins. Comprendre cette histoire, c'est comme allumer un phare dans les turbulences actuelles de l'humanité.

Histoire des codes divins de l'humanité

La perte des codes d'origine

Pourquoi sommes-nous astreints à effectuer un travail spirituel important pour nous épanouir dans l'intégrité originelle de l'Adam Kadmon? Pourquoi n'en bénéficions-nous pas directement dès notre naissance? Pourquoi vivons-nous à l'état de handicapé visuel à la recherche de lumière dans le brouillard? Pourquoi sommes-nous astreints à passer par l'inconfort, la souffrance et l'ignorance?

La chute de Lucifer
La chute de Lucifer, illustration de Gustave Doré pour Le Paradis perdu de John Milton.
Merci à Wikipédia

Les traditions et les enseignements spirituels affirment que dans un lointain passé, l'humanité s'est éloignée des lois cosmiques divines. À cause de leurs propres sentiments négatifs, les humains ont été pollués et dégradés dans leurs corps et leur âme par la loi de cause à effet, et non comme une punition de la part d'un dieu vengeur. Les maladies du corps, les maladies de l'âme, ont fait leur apparition. La vie a été écourtée.

Le modèle originel de l'Adam Kadmon a été mis en veilleuse. Depuis lors, l'être humain n'est plus la réplique de l'Adam Kadmon. Il est un Adam atrophié (Adam Ha Rishon). Les séphiroth ont été partiellement désactivées et le potentiel de l'ADN a été réduit par une sorte de muselage. Comme une machine qui n'est plus alimentée, l'être humain ne bénéficie plus des énergies de paix et d'amour qui assuraient son intégrité.

Cet épisode est relaté dans de nombreux récits et légendes. Dans la Bible, il est évoqué sous le nom de la Chute, du péché originel et d'Adam et Ève chassés du Paradis. Le péché est le fait de se détourner - de se priver - de refuser - la lumière supérieure. La motivation qui a entrainé les humains et leurs chefs à ce choix est la croyance naïve qu'ils avaient - et qu'ils ont encore - autant ou plus de pouvoir que la lumière supérieure, qu'ils peuvent s'en passer ou la remplacer par d'autres types d'énergie. Ce choix est donc la conséquence de l'ignorance et de l'orgueil.

La chute, la coupure avec la lumière, entrainent l'atténuation de cette lumière et l'infusion d'énergies sombres dans l'humanité. Pas seulement dans l'humanité au niveau physique. Elle affecte également les mondes subtils jusqu'à un certain niveau, ceux qu'on appelle les cieux inférieurs. Au-dessus de ce niveau, les âmes évoluent dans la lumière pure et infinie et rétablissent leur intégrité. En-dessous de ce niveau, les cieux sont habités par des consciences altérées (nommées les anges déchus). Les codes d'origine divine y sont faussés.

Mais les codes divins, ceux de l'Adam Kadmon, restent présents intacts au fond des âmes et dans les corps, comme un germe ou une étincelle à l'état latent. Ils sont simplement en attente d'être réactivés. Ils peuvent l'être à tout moment. Et d'ailleurs c'est déjà le cas. Le processus a été mis en route.

Les déchéances cycliques de l'humanité

Le récit de la perte de l'identité divine des hommes et de leur descente dans l'obscurité et la densité ne sont pas l'apanage de la Bible et du Coran, ni des traditions chrétienne, juive et islamique. On le retrouve dans les multiples légendes et récits mythologiques du monde entier. Cela nous induit à penser qu'il s'agit d'un processus historique réel qui a eu lieu sur toute la Terre. Les populations en ont gardé les traces dans leur mémoire collective, exprimées selon des représentations correspondant à leur niveau de compréhension et à leur cadre culturel de référence.

Les légendes racontent que l'humanité déchue, engagée dans l'erreur et irrémédiablement perdue, a été exterminée par des cataclysmes destructeurs qui ont balayé la Terre. Un nouveau monde a alors été reconstruit sur des bases saines. Mais l'humanité est retombée dans son erreur et a périclité à nouveau. Ce cycle de renaissance, épanouissement, déclin et mort s'est produit à plusieurs reprises, comme pour donner à l'humanité plusieurs chances de se racheter. Toujours soumise aux forces sombres et à la mise en sommeil des codes originels, elle peine à les reconstituer.

Nous vivons dans l'ère de l'ultime tentative de redressement de la civilisation décadente. Les hindous l'appellent le kali-yuga, les aztèques le cinquième soleil, les hopis le quatrième monde, les algonquins le septième feu, etc. C'est la fin de la période d'altération des codes. Elle sera suivie d'un nouveau grand cycle de vie, complètement différent par ses objectifs et ses valeurs, basé sur la restauration de notre connexion divine. (voir en annexe Les grands cycles de l'humanité selon différentes traditions).

Le monde expérimental du libre-arbitre

Nous pouvons être étonnés par ces cycles répétés et nous interroger sur le sens de tout cela. Pourquoi cette dérive a-t-elle été permise? Si nous sommes régis par des programmes de lumière supérieure, comment ces programmes ont-ils pu être faussés ou déconnectés? Pourquoi la dérive a-t-elle fait partie des voies possibles pour l'humanité? Pourquoi les capacités et les fonctionnements d'un être humain ne lui assurent-ils pas d'être toujours à son optimum?

Cette interrogation fondamentale reste un grand mystère que les enseignements spirituels traditionnels se sont efforcés d'éclaircir. La réponse qui est habituellement donnée est qu'il s'agit d'un programme expérimental qui se déroule dans une partie de l'univers. Chaque cycle de vie a pour raison d'être de mettre les êtres humains dans des conditions de vie qui leur permettent d'expérimenter leurs potentialités toujours plus loin. Ils développent des facettes particulières qui viennent augmenter le rayonnement et l'impact de leurs propres codes divins. Ce faisant, ils enrichissent les sphères divines supérieures, un peu comme les connaissances acquises par des explorateurs profitent à toute l'humanité. (voir article Le sens de la Vie)

Le cycle dans lequel l'humanité est plongée a pour objet d'expérimenter l'ombre et la lumière au travers de son libre arbitre. Autrement dit, les hommes ont été chargés de la responsabilité de leur propre évolution spirituelle. Ils peuvent endosser les vertus les plus élevées comme les sentiments les plus noirs. Ce n'est pas un ou des dieux qui les incitent à cela, c'est le chemin qu'ils choisissent eux-mêmes. Pour manifester leurs qualités les plus hautes, ils doivent faire le choix conscient d'avancer dans l'intégration de la lumière divine et l'assumer pleinement. Cela implique un effort et de la persévérance. (voir article Spiritualité et développement personnel)

En conséquence, nous faisons l'expérience quotidienne des polarités, appelées aussi dualités (la séparation et l'union, l'ignorance et la connaissance, l'effort et la détente, la souffrance et la libération). Nous en tirons des leçons de vie conscientes.

Les puranas hindous (textes fondateurs anciens) nous disent que le cycle kali-yuga, malgré ses difficultés et ses vicissitudes, possède un avantage remarquable. Toute action produit des effets beaucoup plus rapides que dans n'importe quelle autre ère. De même qu'un sportif peut acquérir plus de force dans ses muscles s'il doit vaincre des résistances, de même un aspirant spirituel peut avancer très rapidement en triomphant des épreuves, à condition d'utiliser son libre arbitre pour faire les bons choix.

Notre corps de chair est l'outil merveilleux qui collabore pleinement à remplir cet objectif. Il a la capacité d'enregistrer toutes nos expériences de vie bien au-delà des perceptions de notre conscience (voir article L'information codée dans la matière). Par sa capacité à faire naitre des sensations, il nous indique ce qui favorable ou non à l'expression de notre Essence. Au fur et à mesure que nous accumulons des expériences de vie, nous comprenons un peu plus ce qui nous ratatine et nous déprime et ce qui nous ouvre et nous donne de la joie.

La fin des temps sombres

Le cycle dans lequel nous sommes immergés est probablement la période la plus sombre que l'humanité ait eu à vivre. Mais ne nous laissons pas décourager ou abattre par les difficultés et la perte de nos repères, car voici une nouvelle porteuse d'espoir: Nous sommes arrivés au terme de la période expérimentale.

Le cycle des vicissitudes, le septième feu, le cinquième soleil, le quatrième monde, s'achèvent. Nous entrons maintenant dans une phase où les énergies inférieures n'auront plus de place et où les énergies supérieures seront pleinement présentes. Ce moment de grande transition est annoncé dans la plupart des traditions religieuses et spirituelles. C'est l'avènement d'une ère de lumière et de sagesse, qui apporte la pleine conscience que les êtres sont multidimensionnels.

Pour les hindous, c'est la venue du seigneur Maitreya. Les chrétiens, les juifs et les musulmans attendent la venue du Christ ou du Messie. Elle sera marquée par des phénomènes liés à une période transitoire qui est l'apocalypse. Ce terme ne signifie pas un temps de catastrophes - même si des catastrophes naturelles sont à prévoir (voir article Catastrophes naturelles et pollution mentale). Apocalypse signifie le temps des révélations. Révélation de qui nous sommes vraiment au sein de l'univers. Révélation des faux pouvoirs qui ont recouvert la planète d'un voile d'obscurantisme et qui ont manigancé des stratégies mensongères. Ce voile a eu son rôle pour établir les conditions expérimentales du jeu du libre-arbitre. Ce rôle est terminé, les acteurs se révèlent. Mais beaucoup n'ont pas compris que la pièce est finie et qu'ils doivent abandonner ce rôle de méchant pour profiter pleinement de la nouvelle conscience.

Le bison Prophétie en 2005
Le bison blanc Prophétie en 2005
Merci à Kanatha-Aki

Des signes annoncent ce renouveau. Dans la tradition des amérindiens lakotas, une prophétie dit que le commencement des temps nouveaux serait annoncé par la naissance d'un bébé bison blanc femelle, marquant le retour de la Femme Bison Blanc. Cette femme, un être de lumière venu des Pléiades, était apparue il y a 19 générations, habillée d'une robe de daim blanc, pour apporter un code moral et l'utilisation de la pipe sacrée aux Lakotas. Elle avait promis de revenir en un temps difficile. (voir le texte complet dans l'article La légende de la femme Bison Blanc)

Ce temps est venu. La naissance d'un bison blanc nommé Miracle s'est produite chez les Lakotas en 1995. Floyd Hand, un homme-médecine, a écrit dans le magazine américain Spin: Pour nous les Indiens, c'est comme le retour du Christ pour les blancs. D'autres bisons blancs sont nés, par exemple Prophétie née en 2005 dans le centre algonquin Kanatha-Aki au Québec.

Des prophéties analogues sont racontées dans d'autres traditions. Toutes annoncent que les anciens systèmes s'effondrent pour laisser place à une ère nouvelle fondée sur la paix, la fraternité, l'écoute, la compréhension et l'harmonie. Les conditions sont réunies pour construire une nouvelle humanité.


Nous voici arrivés à la fin de la période expérimentale cosmique où régnaient la séparation et les conflits. Les anciens systèmes qui en profitaient s'effondrent. L'unité, la paix et la splendeur reprennent leur place. Les codes divins d'origine sont en cours de restauration.

Mais il nous reste à répondre aux questions:
Sommes-nous seulement des observateurs passifs des transformations qui s'effectuent sur la Terre, dans notre propre corps et dans notre conscience?
Quelle est notre part de responsabilité dans la construction d'une nouvelle humanité?

Pouvons-nous y contribuer par une participation intentionnelle et active?
Disposons-nous de moyens pour accélérer et faciliter cette transition?

Quelle est la meilleure attitude à adopter pendant cette transition?

Les outils de la restauration des codes

Créez vous-mêmes les conditions du renouveau sur Terre

De tout temps, même plongés dans l'obscurité la plus dense, les aspirants à la sagesse ont reçu des enseignements spirituels pour les aider à retrouver leur nature supérieure. De nombreux instructeurs spirituels ont régulièrement diffusé des enseignements sur toute la Terre, afin de guider ces personnes. Elles ont ainsi eu la possibilité de sortir des limites emprisonnantes de leurs conditionnements et de restaurer leur nature adamique d'origine.

En Orient, en Occident, des hommes et des femmes ont étudié auprès de leurs maitres pour devenir des initiés. Ils ont compris la racine de leurs souffrances. Ils ont appris à se libérer de leurs émotions négatives, de leurs fausses croyances et de leur charge karmique. Des outils spécifiques leur ont été donnés pour faire place à leur être intérieur. Parmi ceux-ci les techniques de l'auto-observation, de la méditation et de la prière du cœur ont une place prépondérante. (voir article Spiritualité et développement personnel)

Moïse était l'un de ces instructeurs spirituels. C'est pour remédier à la déchéance de la population qu'il tenta de lui enseigner les lois cosmiques en lui offrant les tables de la loi. Dix commandements, dix leçons sur les mondes de lumière, y étaient gravés dans la pierre. Mais les hommes, cupides, fascinés par les richesses matérielles qu'ils idolâtraient sous la forme du veau d'or, n'étaient pas prêts à en comprendre le sens et ils n'en tinrent pas compte. Alors Moïse brisa les tables, puis leur proposa d'autres commandements à leur portée, qui leur permettraient d'évoluer lentement. Depuis ce temps, l'humanité entière a progressé dans sa conscience. Elle est maintenant en mesure de recevoir les dix commandements supérieurs.

Les instructions spirituelles rejetées qui semblaient étranges au commun du peuple il y a 2000 ou 3000 ans, nous deviennent évidentes ou familières à cause des développements de la physique, des télécommunications, de la chimie, de la biologie, de la psychologie des profondeurs, et des modèles de pensée qu'ils nous fournissent. Toutefois, dans le fond, ces instructions sont restées les mêmes, immuables. Elles nous sont simplement représentées dans un langage renouvelé, avec des images modernes adaptées aux consciences de notre époque. En ce passage d'une ère à l'autre, toute l'humanité est invitée à bénéficier largement des enseignements spirituels. Ce qui était autrefois le privilège de quelques initiés, est maintenant offert à tous.

Nous ne sommes plus des enfants qui attendent tout des mondes supérieurs et qui se laissent nourrir et conduire. Nous sommes considérés comme des adultes munis d'une nouvelle conscience. Même si nous sommes accompagnés par des guides de lumière, nous avons la responsabilité de construire un monde en accord avec les lois divines. Nous mettrons en œuvre ces lois non pas avec l'esprit d'obéissance et de crainte d'un enfant, mais avec l'enthousiasme d'un adulte ayant compris que seule cette voie nous conduit à vivre dans la splendeur, la puissance et le ravissement.

Pour l'essentiel pratique, vous êtes invités à surveiller votre comportement et avoir du respect pour toute forme de vie, les autres humains, les animaux, les plantes, la Terre. Vous êtes invités à faire la paix dans votre esprit. Vous êtes invités à redonner place aux qualités d'écoute, de compréhension, de bienveillance, de compassion, reliées à notre partie féminine (voir article Masculin et féminin).

Une loi ancienne stipule que ce que nous vivons dans notre environnement est le reflet de nos pensées et de nos émotions profondes. L'ancienne science hermétique égyptienne l'appelait le principe du mentalisme. Elle a été remise au gout du jour sous le nom de loi d'attraction. Cette loi implique que nous sommes les créateurs de notre réalité par nos émotions et nos pensées.

La loi d'attraction est souvent faussement comprise comme une façon d'attirer à nous tout ce que nous voulons, pour les besoins de notre égo. Bien entendu, c'est une déviation du principe véritable. Il vaut mieux porter notre attention sur ce qui nous arrive de désagréable, ce que nous vivons de pénible au quotidien, et comprendre que c'est en correspondance avec quelque chose d'inconscient en nous qui cherche à être mis en évidence et accueilli, puis éventuellement transformé. De même, ce qui nous arrive d'agréable est en correspondance avec nos sentiments de gratitude, de paix, d'empathie et de bienveillance. (voir article Ce que je vis est le reflet de mes pensées et émotions)

Votre travail de restauration et de reconnexion à votre être intérieur consiste à observer vos émotions et vos pensées, à prendre conscience de ce qui est touché en vous lorsque vous réagissez négativement, à transformer et guérir vos ressentiments, croyances, préjugés et blessures anciennes. (voir article L'enfant intérieur et le langage des émotions)

Dans les cycles précédents, l'humanité avait encore le choix de faillir à sa mission de transformation, quitte à recommencer l'épreuve. Il n'en est plus question. Par un besoin impérieux, les hommes et les femmes sont poussés à retrouver leur nature originelle et la pleine gloire leur Essence.


Chacun est invité à contribuer à la restauration des codes d'origine en développant sa sagesse et en modifiant son comportement. Ce travail d'ouverture de conscience est puissant, bouleversant et délicat.

Pour rendre cette transition plus facile aux hommes et aux femmes qui choisissent cette voie, des outils terrestres et des aides cosmiques leur sont fournis.

Géométrie sacrée et sons sacrés

Des outils spécifiques ont été fournis aux humains depuis des temps immémoriaux pour leur permettre d'accéder plus rapidement à l'éveil de leur nature supérieure. Parmi eux, j'ai déjà mentionné la méditation et la prière, auxquelles on peut ajouter le contrôle du souffle, des pensées et des émotions.

La géométrie sacrée et le son sacré sont deux autres supports puissants. Leur connaissance a été enseignée sous des formes variables dans la plupart des religions et des enseignements spirituels.

La géométrie sacrée est représentée dans de nombreux temples, églises et autres édifices religieux, soit sous forme d'œuvres d'art peintes ou sculptées, soit intégrée dans le plan même de l'édifice. Dans l'hindouisme et le bouddhisme, les pratiquants réalisent des mandalas, qui sont des œuvres artistiques graphiques d'une grande complexité. Ils sont parfois faits en sable et détruits ensuite pour symboliser l'impermanence de toute chose et l'importance du détachement dans la voie spirituelle.

mandala tibétain
Mandala tibétain L'un des monolithes du couloir du cairn de l'ile de Gavrinis, Bretagne, France.
Datation estimée officiellement 4000 av.J.C. environ.
Merci à Ancient Wisdom

Des gravures aux formes géométriques ont été trouvées sur des sites mégalithiques anciens comme celles du cairn de Gavrinis en Bretagne française. Que représentent-elles? Elles ne sont constituées ni de représentations figuratives, ni de textes. Leurs motifs en arcs de cercle ou en spirale évoquent des ondes (voir article Spirale, mouvement primordial de vie). Ne seraient-elles pas les ondes fondamentales de la vie? La figure aurait-elle pour fonction de générer des vibrations de reliance aux forces de vie primordiales et de protection contre les forces contraires? Agiraient-elles par la radiance de leurs motifs géométriques?

La méditation sur les images et représentations de géométrie sacrée favorise des états d'éveil de la conscience supérieure. Il en est de même de la pratique vocale des sons sacrés. La science du son (ou yoga du son) était connue au Proche Orient, en Occident et chez les peuples de la Terre (amérindiens, aborigènes,..).

La répétition des noms divins est l'une de ces pratiques du son. Le bouddhisme et l'hindouisme l'ont développée sous la forme de mantras. Ce sont des phrases psalmodiées à répéter longuement, telles que le Om mani padmé hum des Tibétains ou le Om nama shivaya des Hindous. Le Kyrie eleison des chrétiens fait figure de mantra. La vocalisation des voyelles est une autre forme de pratique de sons sacrés.

Les écritures sacrées

Les écritures sacrées constituent un autre outil important offert comme aide à l'éveil. Elles participent à la fois de la géométrie par la forme des signes écrits, et du son par la prononciation vocale des signes. Il est difficile de savoir précisément où est la frontière entre une écriture sacrée et une écriture non-sacrée. On peut dire qu'une écriture est sacrée par la puissance opératoire de son action vibratoire sur l'éveil des corps subtils et de la conscience. Mais il existe un éventail de niveaux de cette puissance.

Même dans notre langage commun actuel, la répétition de certains mots comme amour ou Je suis ce que je suis peut avoir une influence énergétique bénéfique. Tout est dans le choix des mots, mais encore plus dans la représentation mentale qui lui est associée. Certains mots sont bénéfiques, d'autres non. Certaines langues anciennes ont une puissance sacrée beaucoup plus grande que les langues actuelles, car elles ont été conçues dans des temps favorables, en conjonction avec des plans supérieurs.

Les écritures actuelles sont pour la plupart alphabétiques. Cela signifie que les caractères employés sont des lettres qui correspondent à un son ou phonème. L'ensemble des lettres constitue un alphabet. Les écritures alphabétiques font partie des écritures phonétiques. Une autre catégorie d'écritures phonétiques englobe des écritures dont les signes représentent le son d'une syllabe. L'ensemble des signes d'une écriture syllabique constitue un syllabaire.

Considérons par exemple le mot visage. Il comprend 6 lettres en écriture alphabétique. On peut le décomposer en 3 syllabes, vi-sa-ge. Avec une écriture syllabique, 3 signes seraient suffisants pour l'écrire, chacun représentant le phonème d'une syllabe. Si, dans une écriture, les signes phonétiques des syllabes ou des lettres sont des petits dessins, on les nomme des phonogrammes.

Dans un autre type d'écriture plus ancien, on aurait représenté le mot visage par le dessin simplifié d'un visage. On a alors l'idéogramme du concept de visage ou de tête. Les idéogrammes ou idéographes sont des petits dessins figuratifs qui représentent des objets, sentiments, actions, idées abstraites ou des concepts. Phonogrammes et idéogrammes sont regroupés sous le terme de pictogrammes ou pictographes ou logogrammes.

Le plus ancien témoignage connu d’écriture est l'écriture pictographique gravée dans l'argile des tablettes sumériennes, en Mésopotamie, datées de 3300 avant notre ère. L'écriture pictographique de la Mésopotamie a d'abord été idéographique. Puis des phonogrammes syllabiques y ont été introduits. Même chose pour le chinois dans lequel ont été introduits des signes phonétiques. En Égypte, les hiéroglyphes (en grec gravures sacrées) comprennent des idéogrammes et des phonogrammes. Il en est de même de l'écriture maya.

Des alphabets se sont développés progressivement au Proche Orient où se côtoyaient de nombreuses langues. À partir de l'écriture égyptienne naissent les alphabets phénicien, puis paléo-hébraïque (ancien hébreu), araméen et hébreu. En Inde, le sanskrit n'a pas d'écriture attitrée. Les phonèmes peuvent être représentés par une multitude de signes. Ce sont les colons britanniques qui ont imposé l'écriture devanāgarī.

Tablette d'argile à Ebla tablette de la période d'Uruk
Système d'écriture phonétique sur l'une des tablettes d'argile trouvées dans les fouilles de l'ancienne cité d'Ebla en Syrie. Datation: 2500 av.JC. environ.
Merci à Wikipédia
Système d'écriture logographique sur l'une des tablettes trouvées dans les fouilles de l'ancienne cité d'Uruk en Irak. Datation: 3300 av. JC. environ.
Crédit: © RMN Musée du Louvre/ Franck Raux

Les écritures seraient-elles donc passées progressivement d'un système pictographique qualifié de fruste et naïf à nos formes actuelles alphabétiques qui paraissent plus élaborées à nos yeux? C'est en tout cas l'interprétation faite par les historiens et archéologues. En posant les qualificatifs de naïf et d'immature à propos des écritures anciennes, les archéologues se conforment à la théorie impérieuse de l'évolution darwinienne qui énonce que nous ne pouvons aller que dans le sens du progrès par essais et ajustements successifs. Mais leur notion de progrès est bien subjective. Elle prend toujours le sens d'une plus grande efficacité opératoire.

Effectivement, il est probable que l'évolution de l'écriture ait été motivée par une pratique plus confortable, mais est-ce réellement un progrès si c'est au détriment d'autres aspects, par exemple son pouvoir vibratoire, à l'instar d'une géométrie sacrée? Ce soi-disant progrès n'est peut-être que le chemin expérimental d'une société à un moment donné de son histoire. Un véritable progrès, à mon avis, serait d'instaurer une plus grande sagesse et une communication plus claire avec les plans supérieurs.

Contredisant l'interprétation des archéologues, d'autres types d'écritures hautement élaborées ont été révélées à l'humanité dans un passé très ancien. Elles sont mentionnées dans les légendes et les textes sacrés sous le nom de parchemins sacrés, lettres de feu, etc. Elles ont été révélées à des instructeurs spirituels évolués en sagesse, chargés d'apporter de nouvelles impulsions à l'humanité. Ceux-ci les ont vus en vision soit à l'état de veille, soit en méditation, soit en rêve. Ce sont probablement de telles visions qui parfois ont été gravées dans la pierre. Y a-t-il eu dans un passé ancien ou récent, y a-t-il encore actuellement, des écritures sacrées pictographiques dont la fonction aurait été d'apporter une plus grande sagesse? Probablement oui si l'on se réfère aux textes anciens et aux légendes.

Ces indices, bien que fort précieux, seraient encore fragiles s'ils n'étaient pas corroborés par l'expérience contemporaine de nombreuses personnes qui ont eu le privilège d'être en présence de certains symboles sacrés en vision intérieure. J'en cite une seule à titre d'illustration. Dans son ouvrage Rencontres avec la splendeur, Maria Elia témoigne de ses rencontres en état de méditation avec les lettres hébraïques. Les lettres lui sont apparues pleinement lumineuses et ont communiqué avec elle, corroborant ce que décrit le Zohar. "Avant" le commencement des temps, écrit-elle, en un lieu qui n'en est pas un, au-delà de l'entendement humain, rien d'autre n'existait que la danse des grandes Lettres dans la lumière originelle, nées de la pensée du Père et de la Mère, par l'empreinte de leur Amour.

Codes de restauration pour le temps présent

Note: La restauration des codes d'origine par les langages de lumière, sujet de cette dernière section, sera développé séparément dans un prochain article.

Les manifestations de lettres, de symboles géométriques et de couleurs se font de plus en plus fréquentes dans les méditations, dans les rêves et dans l'art. La pratique des sons et des géométries attire de plus en plus de monde. Il y a un regain d'intérêt populaire pour le chant des mantras, la répétition des noms divins, la méditation sur les formes sacrées. L'application des enseignements d'éveil spirituel est devenue plus facile et plus efficace. C'est signe que les codes de restauration entrent peu à peu en activité.

MAIS ATTENTION. Cet engouement donne aussi lieu à de faux enseignements par des personnes qui n'ont pas encore acquis un minimum de compétence et de sagesse. Les codes géométriques et sonores agissent dans votre corps et dans votre âme de façon subtile et intime (voir article Résonances des sons dans le corps). Tous ne sont pas automatiquement favorables. Comme toute source de pouvoir, ils peuvent être utilisés au service du divin ou pour satisfaire la soif de reconnaissance et d'attention de faux prophètes ou de quelque magnat de l'industrie du divertissement (quelques indices sont donnés dans l'article exposant les différents types de musiques De la monodie à la polyphonie). Certaines pratiques sont destinées à empêcher les êtres de s'éveiller. À vous de discerner ce qui vous aide à vous ouvrir, ce qui vous procure de la joie et de l'enchantement.

Progressivement, les géométries, les sons et les écritures sacrées sont retrouvés et offerts à l'humanité. Compte tenu de l'ampleur de ce bouleversement cosmique de changement de cycle, ils sont réactivés et complétés par de nouveaux codes spécifiques pour notre période de transition. Ce sont des langages de lumière. Ils sont essentiels pour restaurer les corps supérieurs de chacun d'entre nous et pour amener la lumière dans les cieux inférieurs.

Tétragramme divin
Exemple de langage de lumière: la répétition de certains noms divins.
Ici Yod Hé Vod Hé, l'un des noms divins hébraïques.
L'hébreu se lit de droite à gauche. Chaque lettre contribue au sens et à la puissance vibratoire du mot entier.

Il nous est encore bien difficile de dresser un tableau représentatif de ces langages, tant nos connaissances (et particulièrement les miennes) sont encore balbutiantes à ce sujet. Toutefois, avec la fin de l'ère de la séparation et de l'ignorance, les voiles se lèvent progressivement, et nous entrevoyons avec ravissement ce que pourront être les nouveaux langages de lumière. Dans cette perspective, j'ai eu la chance de découvrir les fantastiques créations pictographiques et sonores de Stéphane Cavé dont j'ai personnellement fait l'expérience avec joie (voir le site web Langage de Lumière du Futur).

Star Code © Création Stéphane Cavé Disque Merkabah, © Création Stéphane Cavé
Starcode et disque merkabah. © Créations de Stéphane Cavé
Site web Langage de lumière du futur

Certains langages pictographiques de reconnexion sont destinés à la Terre elle-même. Ce sont les cercles de cultures (crop circles). Depuis les années 1980, la Terre reçoit ces immenses diagrammes géométriques qui sont imprimés dans les champs cultivés. En une trentaine d'années, des milliers de ces figures ont pu être observées, photographiées et cataloguées dans plusieurs pays. Elles sont toutes différentes. La majorité apparait dans le Sud-Ouest de l'Angleterre, à proximité des sites anciens sacrés que sont Avebury et Stonehenge. Elles participent à ce grand mouvement de renouveau spirituel de la Terre et de l'humanité. (voir article Diagrammes dans les champs)

crop circle 2009 angleterre ©Lucy Pringle crop circle 2009 angleterre ©Lucy Pringle crop circle 2009 angleterre ©Lucy Pringle
Diagramme imprimé dans un champ de blé dans le Sud-Ouest de l'Angleterre en juin 2009.
Il s'est manifesté en trois étapes, les deux premières le 21 juin, la troisième le 30.
Merci à Lucy Pringle ©
Crop circle 2009 Angleterre  ©S. Alexander crop circle 2013 Angleterre ©Steve Alexander
27 juin 2009, Angleterre
© Temporary Temples
23 aout 2013, Angleterre
© Temporary Temples

Le pouvoir des langages de lumière relève d'une science d'avant-garde très complexe, dont nous ne comprenons encore que peu de choses. Cette science se situe bien au-delà de la science limitée de la matière, au-delà même de la physique quantique (voir article Les fondements de la physique quantique). Elle en est une prolongation et prend appui sur la cybernétique, l'information et l'énergie. Elle nous apparait comme les prémisses d'une connaissance plus vaste qui s'ouvrira à nous, au fur et à mesure que nos dimensions supérieures seront redéployées.

Au final, l'être humain a été doté d'un splendide schéma directeur divin (Adam Kadmon), mais ce schéma a été dévié de sa fonction initiale. Actuellement, des langages géométriques et sonores spécifiques sont à la disposition de l'humanité pour redonner vie aux schémas d'origine.
Toutefois, leur mise en œuvre demande notre participation active.

Recommandez cet article à vos contacts
avec Google +1
 ou Facebook 


Une expérience d'activation vibratoire par les géométries de lumière et les sons sacrés

Film ALLIANCE DIVINE, Stéphane Cavé

Ce film est une plongée dans l'univers vibratoire des Codes de lumière et des schémas pictographiques qui créent la connexion avec le Double Divin et la Famille Divine.

À commander en DVD à Stéphane Cavé
Ou à télécharger chez Viméo.

Voir la bande annonce:

ALLIANCE DIVINE de Stéphane Cavé sur Vimeo.


Les grands cycles de l'humanité selon différentes traditions

Le déluge

Le récit du déluge et de la purification de la Terre par un cataclysme d'eau est présent dans de nombreuses traditions, par exemple chez les Sumériens, les Grecs, les Romains, les Hindous, les Chinois, les Moghols et bien d'autres.

Dans la Genèse, ch.6, il est dit:
5 Yahweh vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal.
6 Et Yahweh se repentit d'avoir fait l'homme sur la terre, et il fut affligé dans son cœur,
7 Et il dit: "J'exterminerai de la surface de la terre l'homme que j'ai créé, depuis l'homme jusqu'aux animaux domestiques, aux reptiles et aux oiseaux du ciel, car je me repens de les avoir faits."
8 Mais Noé trouva grâce aux yeux de Yahweh...
12 Dieu regarda la terre, et voici qu'elle était corrompue, car toute chair avait corrompu sa voix sur la terre.
13 Alors Dieu dit à Noé: "La fin de toute chair est venue devant moi, car la terre est pleine de violence à cause d'eux; je vais les détruire, ainsi que la terre...
17 Et moi, je vais faire venir le déluge, une inondation de la terre, pour détruire de dessous le ciel toute chair ayant en soi souffle de vie; tout ce qui est sur la terre périra."

En Grèce, Zeus a décidé l’anéantissement des hommes de l’âge de bronze. Prométhée en avertit son fils Deucalion qui s’échappe dans une arche avec son épouse. Chez les Hindous, l'histoire de Manu est très semblable à celle de Noé.

Les cataclysmes ne sont pas un châtiment contre les humains. Ils sont provoqués par leur inconséquence selon le mécanisme de la loi de cause à effet.

Les prophéties des indiens Hopis

Voici un extrait du message à l'humanité du chef Hopi Dan Evehema en 1996:

Nous Hopis [peuple de paix] pensons que depuis le commencement, la race humaine est passée par trois mondes et trois façons de vivre. À la fin de chaque monde, la vie humaine a été purifiée ou punie par le Grand Esprit Massauu, principalement à cause de la corruption, l'avidité et parce qu'elle s'était éloignée de ses enseignements.

La dernière grande destruction fut l'inondation qui détruisit tout à l'exception de quelques fidèles qui avaient demandé et reçu du Grand Esprit la permission de vivre avec lui sur cette nouvelle terre... Nous Hopis fimes le serment de ne jamais nous détourner de lui. Pour nous, les lois du Créateur n'ont jamais changé et ne se sont jamais effondrées. Pour les Hopis, le Grand Esprit est tout puissant. Il apparut aux premiers hommes en tant qu'homme et il leur parla au commencement de la création de ce monde...

Il nous donna des tablettes sacrées en pierre. Il leur insuffla tous les enseignements nécessaires afin de sauvegarder sa terre et sa vie. Sur ces tablettes en pierre se trouvaient des instructions, des prophéties et des avertissements... On nous a enseigné à maintenir l'équilibre entre ce monde et les autres univers en priant et en pratiquant divers rituels qui ont toujours lieu aujourd'hui. Nous arrivons à la fin du Quatrième Monde de destruction et à l'aube du Cinquième Monde de paix. (voir le texte complet dans l'article Les prophéties et les messages des chefs indiens Hopis)

Les soleils successifs des Aztèques

La Pierre du Soleil aztèque
La Pierre du soleil, monolithe aztèque également appelé Calendrier. Le cinquième soleil figure au centre, entouré des 4 autres.
Diamètre 3,6 m, 26 tonnes.
Découverte en 1790 lors du pavage de la Grande Place de Mexico.
Musée National d'Anthropologie et d'Histoire, Mexico.
Photo El Comandante, wikipédia

Dans les légendes aztèques, on compte 5 mondes successifs, appelés soleils. Chaque monde se termine par un cataclysme destructeur, dû au déchainement des éléments (vent, feu, eau). Le quatrième soleil s'est terminé par un déluge d'eau.

Pendant la période du premier soleil, la Terre était peuplée de géants. Elle a duré 13 fois 52 ans. Nous ne pouvons pas nous fier aux valeurs des durées indiquées pour déterminer les dates historiques de ces soleils. Comme dans tous les textes anciens, les nombres ont une valeur symbolique. Ainsi, la Bible indique des durées qui relèvent de la science ésotérique des nombres appelée la guématrie.

Pour les Aztèques, nous sommes dans la période du cinquième soleil. La lumière a été recréée par le pouvoir du feu. Au cours d'une cérémonie réunissant les dieux, l'un d'entre eux fut choisi pour se jeter dans le brasier rituel sur la place sacrée de Teotihuacán. Il fut transformé en un magnifique soleil sous la forme d'un disque rayonnant qui monta vers le firmament.

Ce cinquième soleil a été créé dans l'intention d'être meilleur et plus durable que les précédents. Pourtant, il n'est pas définitif. Il est voué à la destruction par des tremblements de terre, afin de laisser place à un autre grand cycle.

Les 7 feux des indiens Ojibwés

Chez les amérindiens Algonquins et Ojibwés au Québec, il existe une légende de succession de mondes ou de feux. C'est la prophétie des 7 feux. (voir article La prophétie des 7 feux)

La prophétie algonquine des sept feux décrit l'évolution de l'humanité depuis des siècles jusqu'à nos jours. Nous sommes actuellement dans la période du septième feu, une période cruciale pour choisir une façon de vivre qui peut nous ouvrir à la période du huitième feu. La prophétie incite à choisir un monde de paix et d'union entre les races et les peuples:

C'est en ce temps là qu'on donnera le choix à la race à la peau blanche entre deux chemins. Si elle choisit le bon chemin, alors le Septième Feu allumera le Huitième et dernier Feu, un Feu éternel de paix, d'amour, de fraternité et de sororité. Si la race à la peau blanche fait le mauvais choix de route, alors la destruction qu'elle a apportée avec elle en venant dans ce pays, se retournera contre elle et causera beaucoup de souffrance et de morts parmi tous les habitants de la terre.

Le Kali-Yuga des hindous

Le mythe hindou souligne la descente dans l'obscurité au cours des âges. Il dit que la civilisation humaine passe un grand cycle (maha-yuga) composé de 4 sous-cycles (yuga). Le quatrième est l'ère actuelle du Kali Yuga. Kali Yuga signifie l'ère noire, celle où les hommes se sont éloignés des dieux et où l'humanité dégénère spirituellement. Elle correspond à l'âge de fer des Grecs. Le poème indien Mahabharata décrit ses caractéristiques.

Voici un extrait du Linga Purana, la 11e des 18 puranas majeurs, qui sont, après les Védas et les Upanishads, des écrits fondateurs de l'hindouisme.

Ce sont les plus bas instincts qui stimulent les hommes du Kaliyuga. Ils choisissent de préférence les idées fausses. Ils n'hésitent pas à persécuter les sages... Les livres sacrés ne sont plus respectés. Les hommes sont sans morale, irritables et sectaires. Dans l'âge de Kali se répandent de fausses doctrines et des écrits trompeurs... On tuera les foetus dans le ventre de leur mère et on assassinera les héros... Des hommes vils qui auront acquis un certain savoir, sans avoir les vertus nécessaires à son usage, seront honorés comme des sages... Tout le monde emploiera des mots durs et grossiers. On ne pourra se fier à personne. Les gens seront envieux... Beaucoup d'individus seront perfides, lubriques, vils et risque-tout.

Extrait de la 3e Purana, Vishnu Purana: Les hommes ne chercheront qu'à gagner de l'argent, les plus riches détiendront le pouvoir. Ceux qui posséderont beaucoup d'éléphants, de chevaux et de chars seront rois. Les gens sans ressources seront leurs esclaves. Les chefs d'états ne protégeront plus le peuple mais, au moyen d'impôts, s'approprieront toutes les richesses...

En ces temps la voie tracée par les textes sacrés s'effacera. Les gens croiront en des théories illusoires. Il n'y aura plus de morale et la durée de la vie en sera raccourcie. Les gens accepteront comme articles de foi des théories promulguées par n'importe qui. On vénérera de faux dieux dans de faux ashrams dans lesquels on décrétera arbitrairement jeûnes, pèlerinages, pénitences, don de ses biens, austérités au nom de prétendues religions. Des gens de basse extraction revêtiront un costume religieux et, par leur comportement trompeur, se feront respecter.
(cité par Alain Daniélou, Le Destin du Monde d'après la tradition shivaïte. Voir un texte plus complet dans le blog Bouddhanar)

Selon les Puranas, le kali-yuga aurait une durée de 432'000 ans. Un maha-yuga a une durée annoncée de 4,32 millions d'années, soit 10 fois celle du kali-yuga. 71 de ces maha-yugas forment un manvantara. Notre maha-yuga est le 28e du manvantara. Enfin 14 manvantaras, soit environ 1000 maha-yugas, font un Kalpa de Brahma.

Ces nombres sont vertigineux. Doit-on en tenir compte comme des réalités physiques, ou bien, comme je l'ai mentionné plus haut, lire symboliquement ce qu'ils représentent? Des hermétistes disent que les zéros ne sont pas là pour désigner des multiples de 10, mais sont des symboles de cycles. Dans ce cas, la durée du kali-yuga serait de 4320 ans, soit 2x2160 ans. Dans le mouvement de précession des équinoxes, le point de l'équinoxe de printemps (point vernal) traverse une constellation zodiacale en 2160 ans. Il fait une révolution en traversant les 12 constellations en 2160x12=25920 ans, proche des 25625 ans des Mayas.

Des métaphysiciens comme René Guénon ou Raoul Auclair écrivaient que les quatre âges de la terminologie grecque s'étendent selon des durées inversement proportionnelles à la suite des 4 premiers chiffres (4 + 3 + 2 + 1 = 10). On a bien un super-cycle 10 fois plus long que l'âge de fer ou kali-yuga, mais avec une durée de 64'800 ans au lieu des 43'200 ans précédents: âge de fer 6'480 ans; âge d’airain 12'960 ans; âge d’argent 19'440 ans; âge d’or 25'920 ans.

Les calendriers Mayas

Selon les Mayas, nous vivons actuellement dans une période de grande transformation qui débouchera sur un nouveau grand cycle.

Les Mayas ont 17 calendriers différents, dont certains décrivent les événements temporels de façon précise pendant plus de 10 millions d'années. Dans l'un d'eux, les années comportent 360 jours. Comme leur système de comptage est basé sur le nombre 20, et non 10, les unités de temps d'un cycle sont le k'atun (360x20=7200 jours), le b'aktun de 400 ans (20x20) de 360 jours, soit 144'000 jours, et le piktun de 8000 ans (400x20).

Le nombre 13 est également important. Il désigne les 13 niveaux de l'espace cosmique. 13 jours, c'est le cycle d'une semaine maya. Un super-cycle de 13 b'aktuns (oxlajuj b'aktun) comporte 5200 années de 360 jours. Dans le système actuel d'années de 365 et 366 jours, cela fait 5125 ans. Enfin, les mayas prennent en compte le "jour" galactique, une ère de 5x13 b'aktuns, soit 26'000 ans de 360 jours ou 25'625 ans de 365/366 jours. Il correspond aux observations astronomiques contemporaines d'une révolution complète du décalage progressif (précession) des équinoxes.

Selon les sages mayas contemporains, le jour galactique s'est achevé avec le dernier super-cycle de 13 b'aktun le 21 décembre 2012. Nous nous trouvons à l'aube du nouveau jour galactique. Il est né dans un monde confus qu'il a pour mission de transformer.

En savoir plus

Articles dans ce site

Articles sur Internet

en anglais

Ouvrages sur papier

Texte conforme à la nouvelle orthographe française (1990)

7 novembre 2014